La honte des cimetières

Publié le 27 Mar 2015
La honte des cimetières L'Homme Nouveau

Il n’y a pas, à Paris, de plus belles promenades que les cimetières : le Père-Lachaise, Montmartre, Montparnasse, partout d’étranges chapelles, ici et là des noms illustres, tout un romantisme, le calme, des buissons, des chats, des oiseaux… Voilà pourquoi quand la dignité des lieux est troublée par des lâches qui viennent saccager la nuit, on a raison de protester. Seulement, une fois de plus, c’est maintenant piégé.

Souvenez-vous, il y a quelques années sous Mitterrand, c’était Carpentras, et le cadavre d’un malheureux Français juif, M. Germon, était sorti du caveau et adossé à un piquet. Juste et unanime protestation, vite récupérée par la gauche : le coupable n’a pu être inspiré que par le Front National, et il y aura un immense défilé avec Mitterrand et le cardinal Lustiger (« Nous ne pouvions faire autrement », m’avait dit le Père Di Falco) et un énorme ballon figurant Le Pen avec l’inscription « Carpentras, c’est lui ! ». Et puis on apprenait que M. Germon était sympathisant du F.N. et, six mois après, on arrêtait les coupables : des punks ! Eh bien, pour le saccage du cimetière juif de Sarre-Union, on a osé remettre ça ! Immédiatement, c’est un certain Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, accompagné par le député PS du coin Philippe Bies, bientôt rejoints par François Hollande, qui note que les profanateurs sont d’une région où il y a quand même beaucoup d’extrême droite et un fort vote Front National. Puis, sans désemparer, on apprend que six jeunes gens sont arrêtés, leur « chef » (17 ans) est coutumier du salut nazi, on a retrouvé des croix gammées, etc. On vous l’avait bien dit ! Et Hollande déclare que l’on n’avait jamais vu « un tel acharnement, une telle intensité dans la haine raciale et antisémite : pas un fait divers mais l’expression des maux qui rongent notre République », et on le voit s’incliner devant les tombes saccagées. Et puis,

du jour au lendemain, plus rien, plus un mot, nada, silence radio total et les télévisions (notamment les plus à gauche, la Deux, la Trois qui ouvraient chaque Journal avec ce sujet) ne disent plus un mot. C’est que l’on a appris que les voyous n’étaient pas d’affreux fachos, mais au contraire des militants « antifas » d’extrême gauche et, en plus, fils d’enseignants ! Le jeu est donc faussé, mais pas un…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin
ChroniquesEgliseSpiritualité

Ayons un abandon confiant et total dans l’unique Bon Pasteur

Commentaire du Pape | Lors de la récitation du Regina caeli du 21 avril dernier, le Pape a commenté l’épisode évangélique bien connu du Bon Pasteur, lu la semaine auparavant dans la forme extraordinaire. Cette image du Bon Pasteur est très biblique. L’Ancien Testament peint, à plusieurs reprises, les traits caractéristiques du bon et du mauvais pasteur.

+

bon berger bon pasteur
Chroniques

Ni abstrait ni différencié, l’homme enraciné

L'Essentiel de Joël Hautebert | Dans le grand déséquilibre contemporain, deux écueils menacent la juste conception des êtres humains, considérés d’un côté comme des pions interchangeables et de l’autre comme n’ayant en commun que leur « zoologie ». Seule la conception chrétienne tient finalement les deux bouts de la chaîne. Une leçon plus que jamais d’actualité, à l’heure où la Nouvelle Droite pourrait faire figure de remède au mondialisme.

+

homme enraciné