La mondialisation contre le bien commun

Publié le 02 Avr 2023
mondialisation

Sommes-nous assez conscients que les grands principes qui régissent le système commercial mondialisé ont d’immenses et délétères répercussions ? En démontant la logique du libre-échange, l’ouvrage capital d’un professeur de finance met en accusation l’absence de limites à la consommation qui, littéralement, dévore le monde.

Pour comprendre notre époque, pour s’orienter dans la complexité de notre monde, pour discerner les enjeux cachés derrière tel ou tel débat, il est indispensable d’être attentif à l’économie. Bien des sujets sont en réalité conditionnés, si ce n’est déterminés, par la logique capitaliste et technoscientifique. Rappelons que celle-ci est essentiellement une logique de l’illimitation. Illimitation quantitative, bien sûr, puisque la fin ultime en est la reproduction indéfinie de l’argent ; mais aussi illimitation qualitative en ce que le capitalisme comporte aussi une dimension anthropologique, donc éthique et politique. Le désir illimité est inhérent à l’homme qui a perdu de vue son Seigneur et qui erre, manipulé tel un jouet par les trois concupiscences dont parle saint Jean dans sa première épître (1 Jn 2, 16). Ceci est donc vieux comme le monde. Mais le monde moderne apostat s’est constitué sur cette exploitation systématique du désir illimité, nostalgique de l’Unique Nécessaire. Notre monde actuel est structuré sur cette logique ; et en même temps de plus en plus disloqué par elle. De toutes parts des voix clament qu’il faut rebrousser chemin et consentir à la sagesse des limites. Mais, ô combien, un tel objectif requiert une conversion, intellectuelle, certes, mais en vue d’une conversion pratique dans ses modes de vie. C’est là où il est nécessaire de travailler à comprendre les rouages économiques du monde dans lequel nous sommes insérés afin de poser des choix responsables et éclairés relativement à ce qui dépend de nous. Telle est la leçon que nous ont transmise les dissidents de l’Est. Une logique totalitaire demeure inscrite dans le monde humain qui est tissée par les actes, les micro-choix d’une multitude de personnes. Toute Mégamachine est forte de nos renoncements. Bref, l’histoire étant faite par des hommes est contingente. L’oublier est s’exposer à la désespérance, conduisant au renoncement et donc à la collaboration objective à cet ordre mortifère. C’est dans cette disposition de l’âme que l’on peut tirer un grand profit de la lecture du remarquable petit livre de Guillaume Vuillemey Le Temps de la démondialisation. Protéger les biens communs contre le libre-échange

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Thibaud Collin

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin
ChroniquesEgliseSpiritualité

Ayons un abandon confiant et total dans l’unique Bon Pasteur

Commentaire du Pape | Lors de la récitation du Regina caeli du 21 avril dernier, le Pape a commenté l’épisode évangélique bien connu du Bon Pasteur, lu la semaine auparavant dans la forme extraordinaire. Cette image du Bon Pasteur est très biblique. L’Ancien Testament peint, à plusieurs reprises, les traits caractéristiques du bon et du mauvais pasteur.

+

bon berger bon pasteur
Chroniques

Ni abstrait ni différencié, l’homme enraciné

L'Essentiel de Joël Hautebert | Dans le grand déséquilibre contemporain, deux écueils menacent la juste conception des êtres humains, considérés d’un côté comme des pions interchangeables et de l’autre comme n’ayant en commun que leur « zoologie ». Seule la conception chrétienne tient finalement les deux bouts de la chaîne. Une leçon plus que jamais d’actualité, à l’heure où la Nouvelle Droite pourrait faire figure de remède au mondialisme.

+

homme enraciné