La première basilique limougeaude

Publié le 06 Mar 2023
basilique

C’est au cœur de Limoges, entourée de maisons à colombages, que se niche l’église Saint-Michel-des-Lions, fraîchement érigée en basilique par décret pontifical le 2 février 2023. De quoi rendre fiers les Limougeauds ! Elle doit son nom aux lions de pierre placés sur son perron. Ces derniers sont des vestiges funéraires de l’époque gallo-romaine. À l’origine, sur l’emplacement de cette nouvelle basilique se trouvait une chapelle donnée par saint Loup aux moines de Saint-Martial en 630. Entre les XIVe et XVIe siècles, une église gothique est construite à cet endroit après deux incendies. Avec son clocher de type limousin achevé en 1383, la châsse de saint Martial, saint patron de la ville, et son style gothique flamboyant, cette nouvelle basilique s’est peu à peu imposée au sein du patrimoine limougeaud. En tant que basilique mineure, certains privilèges lui sont désormais accordés : les insignes religieux que sont le pavillon ou ombrellino, sorte d’ombrelle utilisée lors des processions, et la clochette ou tintinnabule ; les fidèles qui assistent à la messe dominicale, peuvent, si les conditions particulières sont remplies (confession, communion et prière pour le Saint-Père), obtenir une indulgence plénière. Monseigneur Bozo, évêque de Limoges, constatant l’absence de basiliques mineures dans le Limousin, a lancé la procédure en 2020. Il a fallu d’abord demander l’accord des évêques de France, qui ont répondu favorablement à 97 %. Pour obtenir l’approbation de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements, la paroisse a ensuite rempli un questionnaire en latin. En avril 2021, elle a envoyé à Rome cette requête avec un état des lieux du patrimoine mobilier et liturgique. La réponse pontificale lui est parvenue, positive, le 2 février 2023. Le Saint-Siège attribue ce titre à des églises considérées comme «  remarquables par leur antiquité, leur célébrité, leur grandeur ou leur beauté». Saint-Michel-des-Lions n’est pas un lieu de pèlerinage particulièrement reconnu mais  accueille en son sein, depuis la Révolution française, les reliques de saint Martial, premier évêque de Limoges. La présence du saint lui confère une importance à la fois spirituelle et patrimoniale. Cette double coloration sera soulignée lors du rituel d’élévation en basilique, rituel qui aura lieu le 19 mars au début des ostensions de 2023 (du latin ostendere qui signifie « montrer »). Saint-Michel-des-Lions est en effet le point de départ de la procession limousine qui a lieu tous les sept ans. Son origine remonte au Xe siècle, lorsque…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Domitille de Brü

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi
A la uneEgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran