La presse en parle. Avez-vous lu Small is toujours beautiful ?

Publié le 27 Oct 2010
Au quotidien n° 247 : état de droit et refondation politique L'Homme Nouveau

Alors que Philippe Maxence était hier soir l’invité du Libre-Journal des enjeux actuels d’Arnaud Guyot-Jeannin sur Radio Courtoisie (21h30-23h00) pour évoquer Small is toujours beautiful de Joseph Pearce qui vient de paraître aux éditions de l’Homme Nouveau (et récuser au passage les qualificatifs séculiers de catholiques de gauche ou de droite, accrochés par l’abbé de Tanoüarn, également présent à l’émission, à l’Homme Nouveau), c’est au tour de Jean Rouvière de présenter ce livre dans sa chronique de l’économie réelle dans Présent :

« Joseph Pearce, qui enseigne à l‘Ave Maria University en Floride, publie un essai qui prolonge et actualise celui de Schumacher. Lui aussi oppose« l’idolâtrie du gigantisme à la beauté de ce qui est petit » et estime que les structures, qu’elles soient économiques, politiques ou sociales,« ne répondent pas aux besoins et aspirations des hommes » lorsqu’elles deviennent trop grandes et impersonnelles. ».

Avec pertinence, Jean Rouvière remarque que « La note catholique de l’ouvrage de Joseph Pearce n’est pas seulement dans les références à la doctrine sociale de l’Eglise (il cite à plusieurs reprises les enseignements de Pie XI, Pie XII et Jean-Paul II), mais aussi dans sa vision de l’économie moderne. A juste titre, il définit la vie économique moderne comme fondamentalement « athée », c‘est-à-dire sans aucune référence à Dieu, au monde surnaturel, à la loi divine, et il la décrit comme étroitement limitée dans un « matérialisme acharné » ».

Jean Rouvière estime également que « Joseph Pearce a une formule heureuse pour résumer la situation des économies dites« développées » : « Dépenser ce que l’on n’a pas gagné ». Qu’il s’agisse des états, des entreprises ou des particuliers, tous, ou presque, vivent à crédit. « De nombreux consommateurs, leurrés par la facilité d’accès au crédit, dépensent déjà ce qu’ils n’ont pas gagné dans le sens où ils vivent sur de l’argent emprunté », mais par la mondialisation des marchés et le développement des importations, même sans emprunter d’argent, on en arrive à vivre sur ce que Pearce appelle « du temps emprunté » ».

S’il se dit moins convaincu par ce qu’il appelle les « partis pris écologiques de Pearce », soulignant notamment la récupération par le marché de l’agriculture biologique, mais oubliant au passage de souligner que ce livre date de 2006 et que ces présupposés écologiques sont aussi ceux du Pape, Jean Rouvière estime que « Pearce, en somme, en appelle à une révolution intellectuelle et morale. »

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
EgliseDoctrine socialeMagistère

Dignitas infinita, quels fondements philosophiques ?

Entretien | La dernière déclaration du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, Dignitas infinita, datée du 2 avril 2024, revient sur la dignité et sur les droits de la personne humaine. Le texte fait référence à la Déclaration des droits de l’homme de 1948 et s’appuie sur le personnalisme catholique développé au XXe siècle. Explication par Guilhem Golfin, docteur en philosophie et professeur à Paris, contributeur de l’ouvrage La Dignité humaine. Heurs et malheurs d’un concept maltraité. 

+

Dignitas infinita
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle