La souffrance au regard de la Foi 

Publié le 31 Jan 2023
la souffrance du Christ

 La question de l’euthanasie et des soins palliatifs s’articule autour de la souffrance : absurde et injustifiable en apparence, elle a pourtant un sens et une valeur. Alors soulager autant que possible mais aussi l’utiliser comme un chemin vers Dieu.   D’après la loi du 24 juin 1999 visant à garantir le droit à l’accès aux soins palliatifs, « toute personne malade dont l’état le requiert a le droit d’accéder à des soins palliatifs et à un accompagnement ». Le soulagement de la douleur physique et psychique de toute personne qui le souhaite correspond à un impératif moral. Cependant, il est des maux rebelles à tout soin et penser supprimer toute souffrance en ce monde relève de l’utopie. Il nous faut donc oser penser le mystère et le scandale de la souffrance, dans une perspective résolument chrétienne.

La foi et la raison au risque de la souffrance

Confronté à la souffrance d’autrui, il s’agit d’abord d’y compatir et de la soulager, autant que possible, ne serait-ce que par une présence aimante plutôt que par un discours visant à lui trouver un sens et à en disculper Dieu, l’infiniment Tout-Puissant et l’infiniment Bon. Il est d’autant plus risqué d’oser un propos sur la souffrance que celle-ci est toujours personnelle et incomparable. Le degré de souffrance ne se mesure pas uniquement à l’intensité du mal qui frappe le souffrant mais aussi à ses dispositions personnelles. Ainsi, un même mal pourra être ressenti et supporté différemment en fonction de la condition de la victime, de son état mental et physique, de ses expériences passées et de son environnement. Si la souffrance est nécessairement singulière et aussi diverse que les différents types de maux perceptibles, elle peut cependant revêtir pour chacun un même sens. En effet, acceptée, la souffrance peut rendre humble et détaché des vanités de ce monde. Plus encore, la souffrance rappelle au sage sa vulnérabilité de créature et au pécheur les conséquences du refus de ses premiers parents à rendre l’adoration due à Dieu seul. Mais pour le chrétien, le sens de la souffrance lui conférant une valeur irremplaçable, y compris au seuil de la mort, est ailleurs. La liturgie pascale a l’audace de qualifier, dans l’Exultet, la faute originelle de « bienheureuse » parce que, par le Christ, la souffrance et la mort, châtiments du péché, ont été métamorphosées en occasion de salut et même de joie surnaturelle.

Pourquoi Dieu-t-il a voulu nous…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Abbé Vernier, FSSP +

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement