La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

Publié le 18 Juin 2024
tradition

René Guénon et Julius Evola. © Eugenio Hansen, OFS, CC BY-SA 4.0 (cropped)

Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour d’un mot, d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

  Nous savons ce qu’est pour un catholique la Tradition, avec une majuscule, qui désigne la Révélation divine reçue et transmise oralement puis par écrit, ainsi que son interprétation par le magistère de l’Église. Nous savons aussi que, dans le domaine politique, le traditionalisme est généralement rattaché à la défense de la France charnelle, à la transmission de l’héritage reçu, contre la conception volontariste de la nation. Ces divers usages du mot tradition se rejoignent dans une forme d’antimodernisme, que revendique également une tout autre école intellectuelle appelée la pensée traditionnelle.  

Une tradition primordiale

C’est à un Français, René Guénon (1886-1951), que l’on doit l’idée de tradition primordiale, fondement de ce courant intellectuel. Selon cet auteur, il existe, nous dit Xavier Accart, « une vérité métaphysique sous-jacente à toutes les grandes traditions spirituelles » [1]. Le christianisme, l’islam, les religions hindouistes et bien d’autres ne sont que des manifestations particulières et partielles de la tradition primordiale, ce qui vaut aussi pour des mouvements ésotériques comme la franc-maçonnerie. La religion de Jésus-Christ n’aurait donc aucune valeur spirituelle propre, puisqu’elle ne serait qu’une expression limitée d’une vérité qui la précède ! Converti à l’islam (il prit le nom d’Abd al-Wâhid) et initié au soufisme, Guénon mourut au Caire, estimant que c’est en Orient que se trouvaient encore quelques traces du véritable esprit traditionnel. Il considérait que l’histoire était cyclique, chaque cycle suivant un parcours régressif, du haut (spirituel) vers le bas (matérialisme), en quatre phases distinctes. En 1927, il écrivait que nous sommes plongés depuis six mille ans dans l’âge sombre, le Kali-Yuga [2], qui toucherait à sa fin, avant un nouvel âge d’or. Mêlée d’orientalisme, de brahmanisme, d’ésotérisme, la pensée inclassable de Guénon servit de fondement intellectuel à de nombreux (et très divers) auteurs, comme l’Italien Julius Evola (1898-1974), qui ajouta à la pensée de Guénon des éléments qui ne s’y trouvaient pas initialement, tout en reprenant la conception cyclique de l’Histoire (avec la régression dans chaque cycle) et l’ésotérisme fortement marqué par l’influence orientale.  

Le peuple hyperboréen

Evola considère que la tradition primordiale provient du nord de l’Europe, portée par…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Joël Hautebert

Ce contenu pourrait vous intéresser

Société

La prévention comme moyen prioritaire de la lutte contre le trafic de drogues

Parole du Pape | À l’occasion de la Journée internationale contre l’abus et le trafic de la drogue, le 26 juin dernier, lors de sa dernière audience générale, le Pape a interrompu son cycle de catéchèses sur l’Esprit et l’Épouse, pour se pencher sur ce fléau de plus en plus répandu, propagé pour des intérêts qui ne tiennent aucun compte des tragédies qu’elle crée chez tant de personnes sans expérience et dans tant de familles.

+

Pape François drogue
SociétéBioéthique

L’homme est-il un animal comme les autres ?

C'est logique ! de François-Marie Portes | Certains partis revendiquent de porter la cause animale et gagnent en crédibilité auprès des électeurs. L’observation attentive de leurs revendications permet de ne pas prendre à la légère des idées qui prennent de l’importance et de comprendre leur pertinence ou leur fausseté. L’animal peut-il donc faire l’objet d’un projet politique ?

+

animal