Guerres carlistes (4/4) : Le carlisme face à la démocratie chrétienne

Publié le 26 Oct 2023
démocratie chrétienne carlisme Espagne

La Conférence épiscopale espagnole a joué un rôle fondamental dans la consolidation du régime anticatholique né en 1978.

Après les guerres du XIXe siècle et son implication politique au XXe siècle, qu’est devenu le mouvement carliste ? Portrait de la résistance à la déchristianisation dans une Espagne désormais acquise au libéralisme avec l’aval de la plupart des évêques du pays, avec Antonio Capellán de la Riva, diplômé en sciences économiques.

 

Quel rôle la religion catholique a-t-elle joué dans votre pays depuis 1978 ?

Si, pour se comprendre rapidement, nous prenons comme référence la Conférence épiscopale espagnole, elle a joué un rôle fondamental dans la consolidation du régime anticatholique né en 1978. À quelques exceptions près, non seulement elle ne s’est pas opposée à la Constitution approuvée cette année-là, mais elle a été une force décisive pour que de nombreux Espagnols l’acceptent comme bonne. Sans sa contribution, il aurait été très possible que ce texte constitutionnel n’ait pas été approuvé et que l’Espagne n’ait pas été déchristianisée avec la rapidité et l’efficacité radicale qui a été réalisée. Aujourd’hui, certains évêques dressent un échafaudage contre les conséquences néfastes dudit régime ; mais seulement partiellement et de manière circonstanciée, puisqu’ils continuent à le louer comme bon et, dans de nombreux cas, à encourager les partis ennemis de la foi à voter, en faisant appel au fameux sophisme (précédemment condamné par l’Église) du moindre mal ; ou, tout simplement, en encourageant à participer aux processus électoraux, sans options catholiques, comme si cette participation était un devoir moral. Le plus frappant est peut-être que les dirigeants ecclésiastiques se sont condamnés à la marginalité, alors qu’en 1978 ils conservaient encore une énorme influence. Et ils continuent avec la même attitude, courant vers l’abîme et bousculant les autres.  

Comment les catholiques espagnols se sont-ils positionnés par rapport à la transition vers la démocratie ?

En général, ils ont assimilé les changements assez rapidement. Cela peut s’expliquer en partie par la dégradation progressive survenue au cours des décennies précédentes. En fait, le régime de 1978 aurait été impossible sans le rôle du franquisme. On pourrait dire que, même s’il n’est pas aussi pervers que l’actuel, le franquisme était une sorte de démocratie chrétienne dictatoriale. D’autre part, le rôle susmentionné joué par la Conférence épiscopale et par une grande partie du clergé a largement étouffé l’éventuelle réaction de nombreux catholiques de bonne volonté. Il convient également de noter qu’un grand nombre, notamment les carlistes, s’y sont opposés et, dans le cas du carlisme, continuent de s’y…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle