Le CESE vers plus d’euthanasie…

Publié le 17 Nov 2017
Le CESE vers plus d'euthanasie... L'Homme Nouveau

Avant-hier, mercredi 15 novembre, le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) a déclaré par l’intermédiaire de son président Patrick Bernasconi, s’être saisi de la question de l’euthanasie suite a la réception de 200 000 signatures répondant à la pétition « Battons-nous pour obtenir une loi sur l’aide active à mourir ». 

Beaucoup de monde se souvient que le CESE est cette instance qui avait rejeté d’un revers de main les 700 000 signatures contre le dit « mariage homosexuel ». Les raisons juridiques invoquées étaient clairement de mauvaise foi, mais ce conseil très peu utilisé (c’était la première fois qu’une pétition atteignait les conditions requises de recevabilité) n’avait pas souhaité se prononcer sur un projet porté par le gouvernement. 
Lorsqu’on se penche sur le fonctionnement de cet organisme, il y a un onglet « pétition mode d’emploi », dans celui-ci, sont rappelées les différentes conditions pour que des citoyens puissent saisir le conseil, tout cela étant fixé par la loi organique du 29 juin 2010 — Article 4-1 : 
« Le Conseil économique, social et environnemental peut être saisi par voie de pétition de toute question à caractère économique, social ou environnemental. 
“La pétition est rédigée en français et établie par écrit. Elle est présentée dans les mêmes termes par au moins 500 000 personnes majeures, de nationalité française ou résidant régulièrement en France. Elle indique le nom, le prénom et l’adresse de chaque pétitionnaire et est signée par lui.”

La pétition sur laquelle le CESE va se pencher était donc, pour le moment, irrecevable. Même si à partir de 50 000 signatures, le bureau peut auditionner le pétitionnaire pour envisager les suites à donner (on peut d’ailleurs se demander sur quelle base juridique il se permet de faire ça). 
En observant que sur deux sujets clivants comme le “mariage” homosexuel et le meurtre légalisé, le CESE choisit de n’observer que le deuxième, il devient plus évident que jamais, que cette assemblée de 233 conseillers, rémunérés chacun 2877,94 euros par mois et représentant un coût de fonctionnement annuel de 40 millions, n’est qu’un gouffre financier de plus dans notre organisation politique. Les sujets qu’il traite actuellement sont édifiants : “Les temps de vie des femmes”, “un revenu citoyen pour relancer l’activité économique”…
C’est un gouffre financier qui se prend tout de même pour un représentant de la société économique parce qu’il est constitué de syndiqués, patrons… Petit plus, non content d’être inutile au niveau national, cet organisme se décline au niveau régional et européen. Cerise sur le gâteau, il utilise largement le langage inclusif dans ses communiqués ainsi que sur son site internet. 

Nul doute que l’avis qui sera rendu sur l’euthanasie sera amplement favorable à une révision des lois actuelles afin de rendre encore plus facile l’assassinat des plus faibles. Il est plus qu’urgent de supprimer ce Conseil néfaste, qui n’est après tout qu’un organe visant à donner bonne conscience aux députés.
 

Odon de Cacqueray

Odon de Cacqueray

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

Crise agricole, les raisons de la colère (1/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 1/3 | Dans cet entretien, Yann de Kérimel dresse le tableau sombre d’une agriculture profondément détraquée, entre le mauvais rôle des institutions censées représenter le secteur, les exigences absurdes et contradictoires de l’Union européenne et des choix de consommation déraisonnables.

+

crise agricole
A la uneSociétéLectures

Juan Branco ou la préparation du coup d’État

L’avocat Juan Branco monopolise l’actualité entre ses prises de position radicales et ses mésaventures dignes d’un « people » : affaire de mœurs, démêlés judiciaires, rivalité entre lui et le nouveau Premier ministre, Gabriel Attal. Un traitement médiatique de ce type mérite sans doute qu’on s’attarde sur le personnage. À 34 ans, Branco possède un parcours étonnant. Son dernier livre, Coup d’État, manuel insurrectionnel, paru en 2023, apporte un éclairage intéressant sur sa pensée.

+

juan branco
SociétéDoctrine socialeLettre Reconstruire

L’Église face au nazisme et au fascisme (II)

Lettre n°33 de Reconstruire - Parmi les tentations totalitaires, le fascisme vient historiquement avant le nazisme et n’a pas exactement connu les mêmes dérives odieuses. Pour autant, il s’insère bien dans une conception non chrétienne de l’homme et de l’État, qui doit tout à la modernité. Cette synthèse du professeur argentin Carlos Sacheri (1933-1974) est extraite de son livre (non publié en français) El Orden natural (1975).

+

fascisme mussolini
Société

Le Rocher, une antidote à la fracture sociale

Initiative chrétienne | Les émeutes violentes de l’été dernier ont tiré une fois de plus la sonnette d’alarme sur l’état de certains quartiers en France. Association qui se consacre à tisser des liens avec les habitants des « banlieues », Le Rocher fait vivre des familles, des étudiants ou des retraités à leur contact. Pierre Thomas, responsable d’Antennes à Roubaix (Nord), explique les objectifs de l’association. 

+

le rocher banlieue cité
ÉditorialBioéthiqueDoctrine socialeLettre ReconstruireMagistère

Face à l’avortement et à l’euthanasie

Lettre Reconstruire n°33 - Edito | Le thème de la constitutionnalisation de l’avortement en France et le projet de légalisation de l’euthanasie ont réactivé de manière frappante la question de la légitimité d’un État institutionnalisant ces formes de meurtres. Dans son encyclique Evangelium Vitae (25 mars 1995), le pape Jean-Paul II avait abordé ces deux thèmes en les liant justement à la moralité des lois édictées et à leur légitimité. Comme éditorial, nous proposons plusieurs extraits de cette encyclique, hélas toujours d’actualité. 

+

avortement