Le chanoine Gaston Roussel, combattant de la musique sacrée

Publié le 13 Nov 2022

Soldant, résistant, précurseur de la redécouverte de la musique baroque, passeur de musique sacrée : les Français et les catholiques ont une grande dette de reconnaissance envers le chanoine Gaston Roussel qui œuvra toute sa vie pour ces deux grandes causes, la France et la liturgie. Un hommage lui est rendu ce mois de décembre à la Chapelle royale du Château de Versailles. Entretien avec Michel Lefèvre, directeur de l’Ensemble Jubilate de Versailles  et directeur de la chorale de Notre-Dame des Armées à Versailles. HN : Le 4 décembre prochain, la chapelle de Château de Versailles honorera la mémoire du chanoine Roussel ; pourquoi plus de 35 ans après sa mort ? ML : Deux ans de Covid nous ont en effet obligés à retarder cette commémoration, elle-même l’écho de celle de 2015 déjà, mais surtout de celle de 2005, avec grand-messe au Château et vêpres à Port-Marly où se sont retrouvées de nombreuses personnalités qui l’avaient connu : Jean Foyer, ancien garde des Sceaux, François Ceyrac, président d’honneur du CNPF, le duc de Bauffremont, président de l’Institut de la Maison de Bourbon, de nombreux paroissiens de Saint-Symphorien, de la cathédrale Saint-Louis, de Port-Marly, ainsi que de nombreux anciens choristes des Chœurs Michel-Richard Delalande qu’il avait fondés. HN : Pourquoi une telle fidélité ? ML : C’est une dette de reconnaissance qui nous anime ; nous sommes nombreux ici et bien au-delà du diocèse, en Ardèche, à Nice, Angers, Saint-Malo… en France, qui avons eu la chance de bénéficier de son enseignement, tant spirituel que culturel ainsi que de son exemple. Son courage, sa droiture, sa fidélité et son talent nous obligent. C’est pourquoi avec Éric Doutrebente nous tenons à entretenir sa mémoire, car son exemple a encore beaucoup à nous apprendre aujourd’hui. HN : Comme prêtre dans l’Église ? ML : Oui! Ordonné par Mgr Roland-Gosselin en 1938, nommé professeur au collège Saint-Charles de Juvisy puis vicaire à Saint-Romain de Sèvres, et à Saint-Symphorien à Versailles, enfin maître de chapelle à la cathédrale Saint-Louis puis curé de Port-Marly à partir de 1961, ses homélies sur la Sainte Trinité, sur l’Église et sur la beauté du catholicisme ont marqué une génération ! « François Ceyrac provoquait quelques remous dans son auditoire lorsqu’il soutenait qu’une des qualités majeures du chanoine Roussel était la modération. Il avait pourtant raison, si l’on regarde le fond des choses car s’il dénonçait, parfois avec véhémence, les aberrations d’une…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Entretien avec Michel Lefèvre

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneCulture

L’exposition : Des samouraïs aux mangas. L’épopée chrétienne au Japon

Les Missions étrangères de Paris proposent jusqu'en juillet une rétrospective de l'évangélisation du Japon depuis le XVIe siècle jusqu'à aujourd'hui. L’histoire de cette « épopée » est présentée de façon chronologique. Soulignant les aspects contrastés de cette évangélisation, le parcours montre dans ces premiers siècles des périodes d’« expansion rapide aux effets bénéfiques » auxquelles succèdent de terribles répressions.

+

japon
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation