Le danger des comptines de fermeture pour l’enfant

Publié le 10 Juin 2023
comptines

Élisabeth Nuyts s’est élevée contre une pratique pédagogique répandue très dommageable pour le développement cognitif des enfants : les comptines de fermeture. Pourquoi ne sont-elles pas anodines et que faire pour éviter les dégâts qu’elles peuvent causer ? Explications.   Beaucoup de grands-parents s’inquiètent à juste titre des difficultés scolaires de leurs petits-enfants. S’ils pouvaient aider d’une manière adéquate, ils le feraient bien volontiers. On peut constater avec effroi que bien des enfants ont été fermés à leurs perceptions par des « comptines de fermeture », à la crèche, à l’école maternelle ou à l’école primaire et parfois par leur grand-mère. Les comptines du genre « Le Roi du Silence » ou « La vilaine petite main » ont des conséquences beaucoup plus nocives qu’on ne pourrait le supposer et Élisabeth Nuyts, dans son ouvrage Dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, troubles de la mémoire. Prévention et remèdes (1), nous met en garde contre ces injonctions, que l’on fait répéter aux enfants en mimant, que ce soit « la fermeture à clé » de la bouche par une clé fictive, la « fermeture éclair », la « couture à l’aide d’une aiguille et d’un fil » ou même du « scotch mis sur la bouche ». Cela constitue une « programmation au silence dans les activités scolaires » et l’enfant ainsi « fermé aux perceptions conscientes visuelles et auditives, verra sans voir, entendra sans comprendre ». « Certains vivent très mal cette fermeture et leur malaise se traduit dans leur comportement par instabilité, hyperactivité, agressivité, etc. ». La comptine inhibitrice de la main a aussi des conséquences sur l’écriture. Les multiples cas d’enfants, d’adolescents ou de jeunes adultes qui viennent en « remédiation cognitive » à la suite de la répétition de ces comptines de fermeture prouvent qu’il est possible de réouvrir ces personnes à leurs perceptions conscientes, par les comptines inverses, et qu’elles s’en trouvent beaucoup mieux. On trouvera dans l’ouvrage précité, de la page 18 à la page 28, tout ce qu’il est indispensable de savoir pour corriger les effets néfastes des comptines, qui paraissent anodines mais qui empêchent d’utiliser correctement les zones conscientes de son cerveau. Les grands-parents ont donc toute leur place quand ils font connaître les raisons qui peuvent entraver la scolarité et même le plaisir de vivre de leurs petits-enfants. La première chose à faire est assurément de cesser de faire répéter toutes les variantes de ces comptines de fermeture. Nous connaissons des grands-mères qui croient bien faire en faisant elles-mêmes dire « ces comptines de fermeture » aux enfants, notamment à l’heure…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Marc et Maryvonne Pierre

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage