Kulturkampf 2/3 : Le dynamisme de l’Église catholique allemande au temps du Kulturkampf

Publié le 08 Mar 2023
catholique

Entre le congrès de Vienne de 1815 et la proclamation de l’empire des Hohenzollern en 1871, une réaction eut lieu chez les catholiques allemands, en proie à l’hostilité des protestants et des instances dirigeantes. Un renouveau de l’identité, des symboles et de la foi qui se traduisit politiquement par la création du Deutsche Zentrumspartei en 1870.  

Le renouveau historiographique récent a permis de donner un intérêt majeur à l’histoire religieuse allemande. L’Église catholique était auparavant essentiellement étudiée sous un angle institutionnel, ainsi que dans ses rapports avec le pouvoir politique. L’étude plus ou moins objective – selon les écoles – du fait religieux n’a fait qu’un retour très récent au sein des universités d’outre-Rhin (1), dans des domaines aussi variés que l’histoire sociale, l’histoire culturelle ou encore l’histoire des mentalités. Certains auteurs ont pointé du doigt la notion de « confessionnalisation », c’est-à-dire d’un « processus de distinction ou de différenciation confessionnelle entre catholiques et protestants en marche dans le Saint Empire depuis le XVIe siècle, qui s’est traduit dans le domaine religieux, mais aussi dans tous les aspects de la vie sociale et culturelle » (2). Ainsi, le Kulturkampf représente, pour Olaf Blaschke, une « deuxième période confessionnelle » (3) pour l’Allemagne, au cours de laquelle le catholicisme joua un rôle considérable.

À la recherche d’une identité catholique allemande

Par-delà le conflit qui opposa Rome et la hiérarchie catholique allemande au chancelier Bismarck, la période du Kulturkampf fut l’occasion d’une réaffirmation de l’identité catholique. La disparition du Saint Empire, en 1806, avait bouleversé la structure géopolitique de l’Allemagne et le vieux schéma imposé par la paix d’Augsbourg en 1555 – « tel prince, telle religion » – n’avait plus vraiment raison d’être. L’expansion prussienne, qui s’imposa définitivement en 1871 avec la proclamation de l’Empire allemand en faveur des Hohenzollern, favorisa la consolidation du milieu protestant et la diffusion d’une vigoureuse propagande anticatholique. Fortement imprégné des principes de Luther, Bismarck souhaitait fait de l’Église catholique « une Église nationale, complètement dépendante de l’État, comme l’Église protestante » (4). Les vieilles idées fébroniennes (5), désireuses de limiter l’influence et l’implication du Saint-Siège dans les affaires religieuses allemandes, dominaient dans le camp protestant et libéral. En dépit de ces bouleversements politiques et idéologiques, le catholicisme s’imposa comme « un symbole d’identité collective » (6) parmi ses fidèles. Dès le lendemain du congrès de Vienne (1815), les tensions apparurent entre les États protestants et les populations catholiques qui en dépendaient. Le conflit entre les…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Armand Dumesniel

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage