Le grand renoncement

Publié le 25 Oct 2016
Le grand renoncement L'Homme Nouveau

Le jour où tournaient en boucle les vidéos des cocktails Molotov balancés sur les voitures de flic, le Premier ministre, immédiatement, promettait aux policiers : plus de policiers, des voitures blindées pour « supporter les jets de pierres » et des tenues ignifugées pour résister au feu. Pour le Président normal, caillasser une voiture de police et mettre le feu c’est normal, il faut juste le bon véhicule, la bonne tenue. Rappelons que les policiers agressés étaient en faction pour garder une caméra régulièrement vandalisée qui surveillait un carrefour aux mains des coupeurs de pistes. « Les renforts arrivent » dit le ministre. Ainsi nous aurons des policiers ignifugés qui surveilleront dans des voitures blindées des policiers qui surveillent une caméra qui surveille le carrefour où la délinquance armée est quotidienne. Ce jour-là aussi, la première salle de shoot ouvrait ses portes, le débat sur la libéralisation du cannabis était relancé. C’est ça le socialisme : le grand renoncement !

Rajouter des flics au lieu de réduire le nombre de délinquants, légaliser la beuh puisqu’on est impuissant à traiter les dealers. Ce quinquennat est celui de l’impuissance. Nous attendons maintenant des subventions pour des vestes de costard en kevlar anti-rafale de kalach puisque l’État ne sait pas nous protéger du terrorisme. Viendrons les culottes blindées pour retarder le viol, l’État étant incapable de lutter contre la délinquance sexuelle. Et aussi les portefeuilles avec déclaration de vol en ligne pour faciliter les démarches. Les maisons avec commande directe chez Ikea ou Darty pour remplacer le mobilier et les appareils numériques volés. Alors que dans un pitoyable étalage de faiblesse, ils lâchent tout, il est un renoncement que nous attendons d’eux, un seul, jamais concédé : Grand Dieu, quand renonceront-ils à gouverner ?

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas