Le Metablog évoque un nouveau livre de Chesterton

Publié le 12 Oct 2010
Au quotidien n° 247 : état de droit et refondation politique L'Homme Nouveau

 Les éditions de l’Homme Nouveau viennent de publier l’Église catholique et la conversion, un essai de G.K. Chesterton, déjà salué, à peine reçu de l’imprimerie, par le célèbre Metablog de l’abbé Guillaume de Tanoüarn : 

« Gilbert Keith Chesterton fera l’objet jeudi prochain (de 18H00 à 21H00) d’un important Colloque à la salle des actes de l’Institut catholique, 21 rue d’Assas, 75 006 Paris. Angle d’attaque : une comparaison entre Chesterton et Péguy sur la question de la conversion, avec, sous la baguette de Philippe Maxence, président de l’association des amis de Chesterton, des laïcs, des ecclésiastiques, des Français, des Anglais, des universitaires blanchis sous le harnois et des amateurs pleins de fougue, bref un beau plateau…

J’ai pu me prourer en avant première le nouveau livre de Chesterton traduit en français pour la circonstance. Cela s’intitule : L’Eglise catholique et la conversion, dans la petite collection de poche des éditions de l’Homme nouveau. C’est une perle (182 pp., 13 euros). Vous pouvez commander ce titre sur le site de L’Homme nouveau.

Je vous en donne juste un extrait pour la bonne bouche. C’est tout Chesterton : « Je voudrais dire ici de l’Eglise catholique ce que l’on ne pourra pas dire de ses respectables rivales : en bref, je dirais qu’elle est très précisément catholique. Elle n’est pas seulement plus grande que moi, mais plus grande que n’importe quoi au monde et que le monde lui-même ».

Cela me rappelle la manière provocatrice dont Rohrbacher, au milieu du XIXème siècle commence sa monumentale Histoire de l’Eglise : « Au commencement était l’Eglise ». Effectivement si l’Eglise est selon l’étymologie l’assemblée des fidèles convoqués par le Christ et si cette Eglise est vraiment catholique, c’est-à-dire universelle, on peut comprendre qu’elle représente dès maintenant la… fin de tout. Et parce qu’elle est à la fin de tout, pour Dieu en tout cas, elle est nécessairement au commencement : Ecclesia ab Abel répétait souvent le Père Congar avec justesse. L’Eglise existe depuis cet Abel que le Canon romain qualifie sobrement de « juste » et qui est quelque chose comme le premier martyr, ou, en tout cas, l’auteur du premier sacrifice, qu’il couronna de son propre sang, à l’imitation anticipée du Christ lui-même.

Tout cela pour dire qu’il ne faut pas manquer Chesterton et Péguy… Vous auriez attendu l’un à Oxford et l’autre, en face de sa célèbre boutique, à la Sorbonne. Vous les trouvez tous les deux… à la Catho, où ces deux grands pudiques nous parleront de ce qu’ils ont de plus intime : leur amour de Dieu ! Ils ont écrit l’un et l’autre des milliers de pages pour essayer de… ne pas nous dire ce que la Bible appelle « le secret du roi ». Les spécialistes présents jeudi prochain tenteront de forcer leur pudeur et de les faire parler pour notre plus grand profit spirituel. »

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie