L’embryon n’est ni une chose ni un bien

Publié le 17 Sep 2015
L’embryon n’est ni une chose ni un bien L'Homme Nouveau

Le 27 août dernier, la Cour européenne des droits de l’homme s’est prononcée contre le don à la recherche d’embryons surnuméraires par l’Italienne Adelina Parrillo. Elle a débouté la requérante grâce à certains juges courageux mais en évitant « la question du début de la vie humaine ».

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) vient de rendre une décision favorable au respect de la vie dans l’affaire Parrillo c. Italie, en réaffirmant le droit des pays membres du Conseil de l’Europe d’organiser la protection des embryons humains comme ils l’entendent. La décision de la CEDH aurait pu marquer une victoire majeure contre la barbarie moderne : elle n’est en définitive qu’une concession, incohérente et alambiquée, au fait que l’embryon humain n’est pas une « chose ».

Le droit de la veuve ?

Dans cette affaire une veuve, ­Adelina Parrillo, demandait que lui soit reconnu le droit de faire don de ses embryons cryogènes, surnuméraires, à la recherche, au titre du respect de sa vie privée affirmée à l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme. Elle approchait de la cinquantaine lorsqu’elle a eu recours à Rome, avec son mari, à une procédure de fécondation in vitro. Son mari, journaliste, est mort peu après dans des circonstances tragiques lors d’un attentat en Irak à la fin de 2003, alors que les cinq embryons du couple n’avaient pas fait l’objet d’une tentative d’implantation. Ils étaient et sont toujours conservés dans le grand froid, leur vie suspendue dans ce que le Pr Jérôme Lejeune appelait « l’enceinte concentrationnaire ».

C’est en 2011 qu’Adelina Parrillo a formellement demandé que les embryons soient utilisés pour la recherche sur les cellules souches : une « noble cause », un don qui « représenterait pour elle une source de réconfort » dans son veuvage. Mais entre-temps, en 2004, l’Italie avait adopté une loi interdisant sous peine de sanctions pénales la recherche sur l’embryon. Adelina Parrillo a introduit un recours devant la CEDH pour contourner cette loi. Une décision favorable aurait reconnu une forme de droit de propriété du parent sur l’embryon, comme cette dernière le demandait expressément, au motif que ce seraient des « choses », des « biens ».

Fausse prudence

Rappelant que l’Union européenne…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

Société

Agriculteurs (3/3) : « La terre au cœur, le cœur au Ciel »

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » (3/3) | Fondée dans les années 80, l’association des « Journées paysannes » regroupe et soutient des agriculteurs de tous horizons, conscients de la nécessité de se former spirituellement et techniquement, de favoriser l’entraide et la réflexion dans un contexte de crises profondes. Entretien avec Emmanuelle François, présidente des « Journées paysannes ».

+

agriculteurs journées paysannes
Société

Mobilisation des agriculteurs, un tableau contrasté (2/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 2/3 | Journaliste indépendant, spécialiste du milieu agricole et rédacteur en chef de la revue de presse agricole Argos, Guy Laluc dresse un portrait des revendications et des raisons du monde paysan plus compliqué qu’on ne pourrait le croire au premier coup d’œil.

+

agriculteurs
Société

Crise agricole, les raisons de la colère (1/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 1/3 | Dans cet entretien, Yann de Kérimel dresse le tableau sombre d’une agriculture profondément détraquée, entre le mauvais rôle des institutions censées représenter le secteur, les exigences absurdes et contradictoires de l’Union européenne et des choix de consommation déraisonnables.

+

crise agricole