Léon XIII et l’origine du pouvoir civil

Publié le 15 Juin 2022
rerum novarum

D’une manière trop rapide, et parfois, équivoque, l’enseignement de Léon XIII en matière politique et sociale est réduit à l’encyclique historique qu’est Rerum Novarum (Reconstruire, n°3 à 14). On passe, de ce fait, à côté de toute une doctrine plus large sur la vie en société. À ce titre, l’encyclique Diuturnum Illud sur l’origine du pouvoir civil mérite que l’on s’y arrête.   De quoi traite exactement l’encyclique Diuturnum Illud ? Signée le 29 juin 1881, en la quatrième année de son pontificat, Diuturnum Illud est la huitième encyclique de Léon XIII. Son importance tient à son sujet, l’origine du pouvoir civile, en raison des mutations profondes qui se sont fait jour depuis la guerre d’indépendance américaine et l’établissement du premier gouvernement démocratique moderne, et plus encore, après le changement radical né de la Révolution française. Comme l’indique le préambule de la constitution nord-américaine du 17 septembre 1787, le peuple américain se donne lui-même sa propre constitution. De son côté, la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, établie « en présence et sous les auspices de l’Être suprême », souligne en son article 3 que « Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément. » La nouveauté radicale apportée par ces révolutions, américaines et françaises, est de placer l’origine du pouvoir dans le peuple ou la nation. Quelle est l’origine du pouvoir ? Selon l’enseignement de l’Église, l’origine du pouvoir se trouve, non dans le peuple ou la nation, ni même dans un roi ou un ensemble limité de dignitaires, mais en Dieu même. Léon XIII le rappelle très clairement : « si l’on veut déterminer la source du pouvoir dans l’État, l’Église enseigne avec raison qu’il la faut chercher en Dieu ». Ce faisant, il s’insère dans un enseignement constant qui prend sa source dans l’Ancien Testament et qui est accrédité par le Christ lui-même (lequel déclare à Pilate « Tu n’aurais sur moi aucune puissance si celle que tu possèdes ne t’avait été donnée d’en haut ») et a été transmis sans interruption par les Apôtres, les Pères, les Docteurs et le magistère de l’Église. Le Catéchisme de l’Église catholique le rappelle également (n° 1899). Avant ce rappel, Léon XIII a pris soin de souligner la nécessité de l’autorité pour toute société, dans la mesure où l’autorité permet à la société d’exister…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

La Rédaction de Reconstruire

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape
Eglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien