Les diplômes catholiques continueront à être reconnus

Publié le 24 Fév 2013
Les diplômes catholiques continueront à être reconnus L'Homme Nouveau

Radio Vatican a salué l’accord trouvé entre le gouvernement français et l’Église de France le 21 février dernier, confirmant la reconnaissance des grades et diplômes délivrés par les universités catholiques.

Cette confirmation renvoie à l’accord entre la République française et le Saint-Siège sur la reconnaissance des grades et diplômes dans l’enseignement supérieur, signé à Paris le 18 décembre 2008 par Bernard Kouchner, alors Ministre français des Affaires étrangères et européennes et par Mgr Dominique Mamberti, Secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les États.

Dans un rapport des Assises de l’Enseignement Supérieur en France, remis au Président de la Républlque, François Hollande, il avait été demandé d’annuler cet accord, qui s’inscrit dans le processus plus général dit de Bologne, qui vise notamment à une reconnaissance des différents diplômes des pays européens, après une mise aux normes.

On trouvera ici le texte du Décret confirmé,  publié au Journal officiel le 16 avril 2009.

Sur le site de la Conférence des évêques de France, on peut lire l’article suivant, mentionant rapidement cet accord : 

« Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a présidé jeudi 21 février 2013 la neuvième séance de l’instance de dialogue entre le Gouvernement et l’Eglise catholique en France.

La réunion a associé le ministre de l’intérieur, chargé des cultes, et les ministres des affaires étrangères, de l’éducation nationale, de la justice, des affaires sociales et de la santé, de la culture et de la communication, de l’enseignement supérieur et de la recherche, des droits des femmes, de la famille.

Mgr Luigi Ventura, Nonce apostolique, conduisait la délégation de l’Eglise catholique en France, composée du cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, président de la Conférence des évêques de France, Mgr Hippolyte Simon, archevêque de Clermont, vice- président, Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille, vice-président, Mgr Bertrand de la Soujeole, secrétaire de l’instance de dialogue et Mgr Antoine Herouard, secrétaire général de la Conférence des évêques de France.

Instaurée en février 2002, cette instance se réunit chaque année afin de régler les questions institutionnelles et administratives d’intérêt commun entre l’Etat et l’Eglise, et d’échanger autour de thèmes d’actualité.

Les débats ont ainsi porté sur la présence cultuelle dans les lieux de rétention, dans les établissements pénitentiaires et dans les hôpitaux. Ont également évoquées les questions liées à l’accès au séjour des religieux étrangers, à l’utilisation culturelle des édifices cultuels et à la reconnaissance des diplômes universitaires. Le Gouvernement a rappelé l’importance qu’il attache à la liberté de conviction et à la liberté de religion dans le monde. Enfin, un échange est intervenu sur les questions de société.

Source : Service de presse du premier ministre»

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
A la uneSociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie
SociétéBioéthique

GPA et filiation (1/4) : La logique marchande, au cœur de la gestation pour autrui 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (1/4) | À l’approche des élections européennes, la question de la gestation pour autrui (GPA) refait surface. Si le droit français a permis jusqu’à maintenant de protéger la femme et l’enfant, une GPA soi-disant « éthique » est pourtant de plus en plus mises en avant par des personnalités et des entreprises étrangères.

+

gpa
Société

Transition de genre des mineurs : les procédures médicales enfin encadrées ?

Décryptage | Alarmé par le développement des traitements hormonaux et chirurgicaux de la transition de genre des enfants et leur impact négatif, le Sénat vient de voter une proposition de loi encadrant ces procédures, à la suite des dispositions prises dans un nombre grandissant de pays. Un pas dans la direction de la protection de la santé et du futur des mineurs concernés.

+

transition de genre mineur
SociétéFin de vie

La mort, honteuse et confisquée

L'Essentiel de Thibaud Collin | De mensonges en manipulations, l’euthanasie s’imposera bientôt par la loi à la société française. À l’origine de cette transgression finale, une vision déformée de la vie et la disparition de l’au-delà qui fondent cette ultime et illusoire tentative de contrôle, souvent en confisquant au mourant la conscience de sa fin.

+

mort fin de vie