Les filles de Diên-Biên-Phu

Publié le 28 Avr 2018
Les filles de Diên-Biên-Phu L'Homme Nouveau

Diên-Biên-Phu ! C’était il y soixante-quatre ans, le 7 mai 1954, lors de l’assaut ultime, mais c’est oublié puisque les jeunes générations ne sont pas informées. Il faut donc rappeler que, assiégés dans une cuvette au Nord du Vietnam par des forces viets et chinoises dissimulées dans les collines avec une énorme artillerie, les Français accompagnés de troupes dites « coloniales » (Marocains et Sénégalais) et de nombreux Vietnamiens libres succombèrent sous le nombre. Les survivants furent emmenés dans une marche vers la mort vers des camps d’extermination. Cette défaite de la France, même héroïque, surtout héroïque, fut aussi un signal pour le début de la rébellion en Algérie…

À Diên-Biên-Phu, il y eut une femme magnifique de courage, la convoyeuse de l’air Geneviève de Galad. Il y en eut d’autres – volontairement ignorées par l’état-major parce que ça ne faisait pas sérieux – mais extraordinaires de courage : la trentaine de jeunes Vietnamiennes prostituées qui (ainsi que le voulait l’époque) suivaient les troupes et notamment la Légion au sein d’un B.M.C. (Bordel militaire de campagne ou contrôlé). Le fameux chirurgien Grauwin qui opérait nuit et jour a raconté que ces femmes avaient été admirables de dévouement, servant les grands blessés et amputés dans des tâches souvent rebutantes, des « filles » transformées en mères, en tout cas « des soldats », disait le Dr Grauwin.

Elles auraient pu, au début, être évacuées, toutes refusèrent. Mais, au moment de l’assaut final, toutes ces « Marie-Casse-Croûte » (comme on disait) prirent les armes et firent le coup de feu aux côtés de ceux qui, de clients, étaient devenus frères d’armes. Elles se sont battues… comme des soldats.

Prisonnières quand le camp fut submergé, elles furent battues, humiliées, et on leur demanda – sous l’objectif de caméras soviétiques – de cracher sous le drapeau français. Toutes refusèrent, disant : « Jamais ! Nous sommes des Françaises ! ». Selon l’habituelle méthode communiste, ces héroïnes furent abattues d’une balle dans la nuque. « Les prostituées vous précéderont dans le royaume des Cieux… »

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas