Les « Jaunes » contre la CGT

Publié le 05 Nov 2022

Alors qu’une grève lancée par la CGT dans les raffineries et les dépôts de carburant a réussi à créer une pénurie d’essence pendant plusieurs jours, Didier Favre, spécialiste de l’histoire du syndicalisme, raconte l’histoire des « Jaunes ». Ces syndicats, bien oubliés aujourd’hui, ont pourtant connu un grand succès dans les premières années du XXe siècle. Ils sont nés en 1899 lorsque des ouvriers, hostiles aux grèves violentes menées par la CGT au Creusot et à Montceau-les-Mines, créent, avec l’appui du patronat, des syndicats indépendants. Le qualificatif de « Jaunes » provient du papier jaune qu’ils avaient dû employer pour remplacer les vitres de leur local brisées par les grévistes. En 1902, il y aura 317 syndicats jaunes dans tout le pays, qui s’organiseront en fédération.

La CGT dénoncera ces syndicats « au service du patronat ». En réalité, les Jaunes, hostiles au socialisme révolutionnaire, voulaient défendre la liberté du travail et la liberté des entreprises. Ils refusaient la dialectique revendication salariales/grèves et affirmaient que « si l’ouvrier a des droits à faire valoir, il a aussi des devoirs à remplir ». Contre ce qu’ils appelaient « la gréviculture », les syndicats jaunes demandaient une institutionnalisation de l’« arbitrage » dans l’entreprise. Les statuts de la Fédération nationale des Jaunes de France (FNJF) précisaient : « Les Jaunes s’engagent à ne faire aucune grève sans avoir donné par écrit leurs revendications et avoir attendu la réponse quinze jours au moins. » Pour améliorer la condition des ouvriers, ils voulaient favoriser leur accès à la propriété individuelle et impliquer davantage les salariés dans la vie de l’entreprise, ses résultats (par l’intéressement) et son capital (par la participation). Ils demandaient aussi la généralisation d’un système de retraites, contrôlé par l’État mais pas géré par l’État.

Ce syndicalisme non socialiste, indépendant, proche des organisations nationalistes de l’époque, a représenté à un moment un réel phénomène de masse (jusqu’à 375 000 adhérents en 1907). Pourtant il s’est vite effondré,…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin
ChroniquesEgliseSpiritualité

Ayons un abandon confiant et total dans l’unique Bon Pasteur

Commentaire du Pape | Lors de la récitation du Regina caeli du 21 avril dernier, le Pape a commenté l’épisode évangélique bien connu du Bon Pasteur, lu la semaine auparavant dans la forme extraordinaire. Cette image du Bon Pasteur est très biblique. L’Ancien Testament peint, à plusieurs reprises, les traits caractéristiques du bon et du mauvais pasteur.

+

bon berger bon pasteur