Un héritage des Lumières : la misogynie dans le Code civil (3/4)

Publié le 24 Sep 2023
La femme, être trop sensible pour être vraiment humain, selon les Lumières et le Code Civil

La femme, être trop sensible pour être vraiment humain, selon les Lumières.

Le statut inférieur de la femme dans le Code civil est hérité de la vision réductrice et purement organique qu’eurent les Lumières de l’être humain en général. Conçu après dix années de violences et de troubles révolutionnaires, le Code se veut aussi un corset aux tendances anarchistes de la France, considérée comme un être féminin.

  Quelle est la place de la femme dans le Code civil naissant ? Elle est vue comme mineure, « faible et dépendante ». « Elle ne peut faire un pas dans la vie civile, résume un orateur, que dans des cas infiniment rares et jamais sans le consentement de son mari, ou l’autorisation de la justice. »  Le prétexte est de protection. Selon l’article 213 : « Le mari doit protection à sa femme, la femme obéissance à son mari ». Premier artisan et théoricien du Code civil neuf, Portalis ponctue là : « Voilà toute la morale des époux », puis il raffine : « L’obéissance de la femme est un hommage rendu au pouvoir qui la protège. » Que les jeunes épouses, renchérit Jacques de Maleville, autre artisan du Code, aient le clair « sentiment de leur infériorité ».    Les vrais motifs relèvent, d’abord, de l’image humaine issue des Lumières ; ils ont trait, ensuite, à certaines leçons révolutionnaires.    

L’image de la femme selon les Lumières  

La femme, vue du côté des Lumières, est en effet déficitaire en humanité, en maturité.   La féminité sous-humanisée. En 1840, Tocqueville s’étonnera qu’on refuse aux femmes « quelques-uns des plus grands attributs de l’espèce humaine ». Comte enseigne alors que les « diversités anatomiques éloignent l’organisme féminin du grand type humain ». Proudhon dispute à la femme la dignité de « compagne de l’homme ». Ces traits procèdent du scientisme des Lumières : il réduit l’homme à l’organique, et rétrécit sa vie intérieure à la sensation. Aucune frontière entre hommes et bêtes : au savant, la maîtrise du curseur. C’est lui qui spécifie qui est (vraiment) humain. D’où une misogynie « rationalisée ». Tout, pour la médecine, côté masculin, « porte l’empreinte du sexe qui doit asservir et protéger l’autre ».  De plus, « il n’est pas bon que l’homme soit…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Xavier Martin

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement