« Les Survivants » : lutter sans renforcer le système ?

Publié le 01 Mar 2024
survivants

Émile Duport lors de la Marche pour la vie 2018 à Paris. © Peter Potrowl / CC-BY-SA-4.0

La récente action d’éclat du collectif anti-avortement « Les Survivants » a eu essentiellement comme effet la fermeture de son site Internet. Reposant sur un « coup de com », elle pourrait coûter cher à certains militants. L’occasion de se poser la question des moyens, des fins et des résultats de la lutte contre l’avortement de ces cinquante dernières années.

  Le 15 février dernier, le site Internet du collectif provie « Les Survivants » s’est vu imposer une fermeture judiciaire. En cause : leur dernière action spectaculaire. Le 25 mai, puis le 15 juin 2023, les Parisiens se réveillent en découvrant des centaines d’autocollants apposés sur les Vélib’ de la capitale. Le visuel, qui ressemble à une communication officielle, montre un bébé grandissant depuis le stade d’embryon jusqu’à celui d’un enfant avec ce slogan : « Et si vous l’aviez laissé vivre  ?». Le 15 juin, 30 % du parc Vélib’ étaient touchés, soit 6 000 vélos. survivants Les réactions ne se sont pas fait attendre. Sylvain Raifaud, président du SAVM, prestataire des Vélib’, dépose plainte au nom de sa société. Dans une lettre à Élisabeth Borne, alors Premier Ministre, Hélène Bidard, adjointe au maire de Paris chargée de l’égalité femmes-hommes, exige d’« examiner la possibilité de dissoudre ce groupuscule ».  

Des rescapés

« Les Survivants » emploient visiblement des méthodes qui ne laissent pas les autorités indifférentes. Par son approche, ce collectif souhaite s’émanciper d’une vision confessionnelle de la défense de la vie où la foi et la morale justifient de ne pas recourir à l’avortement. Ses membres se baptisent « les Survivants » car ils se considèrent comme des rescapés ayant eu la chance de naître. Ce collectif n’en est pas à son coup d’essai. Son fondateur, Émile Duport, est un professionnel de la communication ayant des affinités économiques avec le groupe Vivendi de Vincent Bolloré, via sa société Progressif Média dont l’industriel détient des parts (1). Ce type d’action fait-il partie de la stratégie de monsieur Bolloré pour peser sur le pouvoir, la société et les affaires (2) ? Quoi qu’il en soit, le coup d’éclat via les moyens de communication actuels est la marque de fabrique d’Émile Duport, c’est son métier. Cependant l’action des Vélib’ pose la question de son objectif et de la pertinence des moyens mis en place par rapport aux effets obtenus. Le but est-il de lutter radicalement contre l’IVG et donc…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Thomas Lassernat 

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage