Les tensions entre les générations

Publié le 18 Mai 2023
générations

Source d’équilibre, la vie de famille engendre aussi incompréhensions, disputes et colères. Comment résoudre ces conflits et ne pas laisser s’envenimer les brouilles ? Se supporter mutuellement s’apprend, permet d’approfondir les relations et aussi de progresser vers la sainteté.   Comment un jeune couple peut-il réagir de manière constructive lorsque les tensions avec les parents ou beaux-parents sont si grandes que l’équilibre de sa famille est menacé ? Les grands-parents, croyant bien faire et se rendre utiles, sont parfois omniprésents, donnant leur avis sur tout sans que cela leur soit demandé, interférant entre les jeunes parents et leurs enfants, prenant le plus souvent parti pour les petits-enfants contre leurs parents. Cette situation n’est pas tenable et ce n’est pas conforme à la doctrine : les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants, et même s’ils ont, comme chacun, des imperfections, celles-ci ne justifient en aucune manière que les grands-parents, alléguant leur riche expérience, interviennent à tort et à travers. Réagir avec violence et colère au risque de rompre toute relation n’est sûrement pas la première chose à faire. Une juste discussion s’avérera judicieuse, lorsque la colère sera retombée et que l’on pourra s’exprimer sans rancœur et sans rancune. Il apparaît opportun que ce soit le propre fils ou la propre fille des parents avec lesquels ce malentendu est en train de s’installer qui s’adresse à ceux-ci pour clarifier la situation pénible. Les remercier d’abord pour leur amour et tout ce qu’ils ont fait est assurément la meilleure entrée en matière. Utiliser leur langage d’amour pour qu’ils se sentent appréciés et aimés rendra plus faciles les explications qui vont suivre. Ensuite il sera nécessaire de leur dire avec tact, délicatesse et toutefois bien clairement ce que les jeunes parents attendent d’eux et ce qu’ils ne peuvent accepter. Les larmes ou le déni pourront être leur réponse mais ils comprendront sûrement et n’auront d’autre choix que de tenir compte de ce qui leur est demandé. Ensuite, il sera bon de terminer cet échange difficile, voire douloureux, par l’assurance de l’attachement et l’affection que toute la famille a pour les grands-parents. De la même manière, si les jeunes parents sont attristés de la négligence des grands-parents à venir les voir et à entourer leurs petits-enfants, il sera bon aussi de les inviter « officiellement », de leur dire que l’on serait heureux d’aller en visite chez eux et de proposer des dates pour ce faire. Si au…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Marc et Maryvonne Pierre

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« Les Survivants » : lutter sans renforcer le système ?

La récente action d’éclat du collectif anti-avortement « Les Survivants » a eu essentiellement comme effet la fermeture de son site Internet. Reposant sur un « coup de com », elle pourrait coûter cher à certains militants. L’occasion de se poser la question des moyens, des fins et des résultats de la lutte contre l'avortement de ces cinquante dernières années.

+

survivants
A la uneChroniquesSociété

Providence, conversion et nature politique

L'Essentiel de Joël Hautebert | Ainsi que le disait Jeanne d’Arc elle-même, « les hommes d’armes combattent et Dieu donne la victoire », nous exhortant par là à résister à la décadence contemporaine sans attendre de miracle ni espérer de renversement immédiatement visible. Car c’est ainsi que fonctionnent la nature et la grâce, dans les individus comme dans les civilisations.

+

providence nature politique
SociétéÉducation

L’Institut Saint-Joseph : éduquer les enfants, épauler les parents

Initiatives chrétiennes | S’appuyant sur les principes de l’éducation intégrale, un nouveau collège a vu le jour en Provence en septembre. Ses fondateurs ont la volonté de développer la personne dans toutes ses dimensions, en particulier spirituelle, et de se faire les relais de l’éducation familiale. Entretien avec Louis et Sophie Olivier, fondateurs de l’Institut Saint-Joseph au Barroux.

+

institut saint-joseph école