L’essentialisme, voilà l’ennemi

Publié le 07 Oct 2017
L’essentialisme, voilà l’ennemi L'Homme Nouveau

Depuis quelque temps les mots essentialisme, essentialiste et essentialiser se répandent dans les médias. En voici quelques exemples trouvés ces dernières semaines.

Pour Judith Butler, la grande prêtresse de la théorie du Genre, l’opposition masculin/féminin, « c’est la faute à l’essentialisme ». On refuse à un petit garçon de pouvoir se maquiller et s’habiller en princesse : « délit d’essentialisme ». On prend le risque « d’essentialiser les terroristes » si on met l’accent sur leur religion ou sur leur dérangement mental. « L’essentialisme n’est pas un humanisme ». Le bouddhisme nous libérerait de « l’erreur essentialiste ». Quant aux chrétiens, ils seraient bien inspirés de ne pas « essentialiser leur identité ».

L’essentialisme, on le voit, est toujours une faute, un délit, voire un crime.

De quoi s’agit-il ? S’il ne s’agissait que de ne pas enfermer quelqu’un uniquement dans son identité d’homme, de femme, de Français, de chrétien, etc., il n’y aurait rien à redire. Mais l’accusation d’essentialisme est bien plus radicale : elle nie la réalité intrinsèque de ce que désignent les mots homme, etc. Elle nie qu’on puisse être réellement homme etc.

Refus d’être…

L’essentialiste, selon ceux qui brandissent ce terme accusateur, est celui qui croit qu’un homme est un homme, une femme une femme, un Français un Français, un chrétien un chrétien, et que cela compte dans ce qu’il ou elle est et fait. On fait donc de l’essentialisme dès qu’on pose que les êtres et les choses sont ceci ou cela, bref, ont une identité, une essence. La philosophie de l’air du temps actuel le condamne. Pour celle-ci, rien ni personne n’a d’essence (ou sinon de façon construite et momentanée, ce qui dans le fond revient au même). L’identité est une illusion. Tout change, tout peut changer, tout doit changer, sans cesse.

L’accusation d’essentialisme (hors le cas où quelqu’un dénie à une autre personne le droit de ne pas être seulement homme ou femme, Français, chrétien etc.) est à la fois une tromperie et une erreur grave. Une tromperie, car le contempteur de l’essentialisme le fait toujours, qu’il en soit ou non conscient, à partir d’une autre conception qu’il essentialise tout autant que celui qu’il accuse, à savoir, le plus souvent, l’individu et son moi érigés en réalité suprême.

Et une erreur grave : par son refus d’être ceci ou cela et sa prétention à être seulement ce qu’il veut être, l’homme prend une place qui ne revient qu’à Dieu, qui seul peut dire « Je suis celui qui suis » (certains exégètes traduisent : « Je suis celui que je veux être », et l’usurpation devient alors plus flagrante)

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture