L’eugénisme en passe de faire partie des droits de l’homme

Publié le 09 Mai 2012
L'eugénisme en passe de faire partie des droits de l'homme L'Homme Nouveau

Entretien avec Thierry de la Villejégu, Directeur de la Fondation Lejeune

Propos recueillis par Adélaïde Pouchol

Pouvez-vous rappeler les grandes lignes de l’affaire Kruzmane ?

Il s’agit de la plainte d’une jeune mère de Lettonie qui s’est retournée contre son médecin au prétexte qu’elle aurait été mal informée des risques liés à sa grossesse. Le médecin aurait manqué à l’obligation de lui prescrire un test de dépistage de la trisomie. Après avoir accouché d’une petite fille trisomique, elle a porté plainte devant la Cour Lettone. Ayant perdu devant la juridiction de son pays, elle a porté plainte devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH). Selon elle, son enfant handicapée porte atteinte à la vie de famille. Ne nous trompons pas, derrière l’affaire Kruzmane, plane la tentation de l’eugénisme, qui demeure absolument contraire aux droits de l’homme tels qu’ils sont définis dans la Convention européenne.

trisomique italie facebook b8ce5 eugénisme

Quelles sont les échéances ?

Au niveau du calendrier, la date de rendu du jugement n’est pas connue car les délais ne sont pas rendus publics comme la plupart des  affaires pendantes à la CEDH et le jugement aura lieu sans audience. Nous savons simplement que la procédure est d’ores et déjà en cours à l’heure actuelle et les juges peuvent étudier le cas à tout moment.

A quel titre la Fondation Lejeune est-elle impliquée dans cette affaire ?

Nous voulons faire valoir la réalité de la situation des personnes handicapées et de leur famille en rendant public leur témoignage, celui de parents qui acceptent sans condition leurs enfants handicapés, et affirment que la vie de leurs enfants vaut la peine d’être vécue. Les familles que nous soutenons et côtoyons sont révoltées à la perspective insoutenable qu’un bébé atteint d’une trisomie 21 dépisté in utero soit sujet à un tri acharné et in fine à l’eugénisme. Elles veulent s’opposer à la violente stigmatisation dont elles sont victimes à travers cette affaire.

Etes-vous les seuls à porter ce combat ? Est-il centré seulement sur la trisomie ?

Des associations un peu partout en Europe partagent notre point de vue et notre expérience. Elles ont souhaité s’unir à cette action. L’enfant de Madame Kruzmane est une petite fille trisomique, ce sont donc les associations de défense des personnes trisomiques qui se sont exprimées les premières. Pour autant, la trisomie n’est que l’avant-pointe des maladies qui seront dépistées demain et deviendront elles aussi objet d’eugénisme, en toute légalité. C’est pourquoi d’autres organisations de personnes handicapées, attachées au respect de la vie se joignent progressivement à cette action.

Si l’eugénisme devient un droit, dépister les enfants handicapés deviendra très certainement un devoir… qui mettrait en péril l’objection de conscience !

Bien sûr, et vous avez raison d’aborder ce point. Par une surenchère juridique et législative, on assiste à la disparition organisée de la liberté de conscience. Si l’eugénisme devenait un droit fondamental, une pression certaine pèserait sur la liberté de conscience. Qui demain s’opposera à un droit fondamental ? A Nuremberg, les accusés ont justement été condamnés parce qu’ils avaient obéi aux ordres sans recourir à leur conscience.

Comment concrètement la Fondation se mobilise-t-elle ?

Nous avons un rôle de coordinateur auprès des personnes handicapées et de leurs familles, en lien avec les associations concernées. Le travail est immense, à cause de la diversité de langues et de cultures malgré notre unité autour de la cause que nous défendons. Nous devons les informer de l’enjeu, et les inviter à agir. Inviter chacun à se sentir concerné par la question de l’eugénisme des personnes handicapées, pour, à son tour, en parler autour de lui et contribuer au changement des regards et des comportements.

Nous devons à la fois faire valoir notre position, la diffuser largement et engager des actions de communication auprès des médias.

Est-ce la première affaire de ce type qui soit portée devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme ?

Bien au contraire, les affaires de ce type se multiplient. Cependant c’est bien la première fois que la question de la reconnaissance de l’eugénisme est aussi ouvertement posée. Le simple fait que la Cour ait accueilli cette demande sans la rejeter d’emblée souligne bien que le danger de cette reconnaissance est réel. Ce serait un péril pour l’Europe.

Pourtant, en France, déjà 96 % des trisomiques dépistés sont avortés, cela ne changerait finalement pas grand-chose…

La pratique est extrême en France mais le serait encore plus si l’eugénisme devenait un droit, en particulier par rapport à l’objection de conscience. Jusqu’à présent, dans les législations nationales du moins, l’initiative de l’interruption médicale de grossesse n’appartient pas à la femme. Elle est décidée collégialement par le corps médical. En aucun cas il ne s’agit d’un droit de la mère, même si c’est elle qui donne son accord in fine. La jurisprudence de la CEDH veillera certainement, nous l’espérons, à ne pas donner de droits à des pratiques eugénistes. Si la plainte de Madame Kruzmane est rejetée et que le droit qu’a chacun de vivre est réaffirmé, même avec un handicap, la France sera conduite à réfléchir à sa politique de dépistage systématique de la trisomie 21 qui est la plus radicale du monde.

Adelaide Pouchol

Adelaide Pouchol

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 eugénisme