L’exposition : Modigliani, un peintre et son marchand 

Publié le 04 Nov 2023
Modigliani Paul Guillaume exposition expo

Paul Guillaume, Mme Archipenko ? et Modigliani à Nice sur la Promenade des Anglais, Photographie (photo originale sur carte postale), 1918-19. Paris, musée de l’Orangerie, don de M. Alain Bouret. © RMN-Grand Palais (Musée de l'Orangerie)/Archives Alain Bouret, image Dominique Couto. 

La vie d’un artiste est toujours difficile. Sans collectionneur et sans galerie, le chemin est encore plus ardu. Amedeo Modigliani (1884-1920) a eu la chance de rencontrer Paul Guillaume (1891-1934), par l’intermédiaire de Max Jacob (1876-1944) en 1914, qui devint son marchand. C’est le sujet de la nouvelle exposition du musée de l’Orangerie qui conserve cinq de ses œuvres. S’ouvrant avec un Portrait de Paul Guillaume réalisé par le peintre en 1915, on y reconnaît la manière de l’artiste où les visages sont très stylisés. 

Quand Modigliani, italien d’origine juive de santé fragile (tuberculeux), arrive à Paris, il rencontre Brancusi et s’initie à la sculpture. Quelques-unes de ses tailles directes sont montrées dans des vitrines. Ce sont des têtes de femme qui semblent parfois inachevées. Puis sa santé se dégradant et ses finances étant très restreintes, il se remet à la peinture moins onéreuse et moins éprouvante physiquement que la pierre.

Admirant les masques africains dont certains sont exposés, il en retient les formes ovales, les yeux en amande, constitués parfois de simples trous. Sa peinture s’en ressent. Ses portraits aux couleurs harmonieuses et sobres représentent souvent des femmes connues ou inconnues, aux cous allongés, aux yeux vides même lorsque leurs pupilles sont peintes…  

Dès l’ouverture de sa galerie en 1914, son marchand, présente des sculptures africaines et des tableaux modernes. Il achète également des sculptures de l’artiste et, bien sûr, certaines de ses toiles qu’il revend à de riches collectionneurs américains… Pour conclure le parcours, un film montre les œuvres d’artistes décorant les appartements successifs de Paul Guillaume qui permettent de découvrir ses choix artistiques et sa progressive réussite sociale. 

 


Jusqu’au 15 janvier 2024.
Musée de l’Orangerie, Jardin des Tuileries, 75001 Paris.
Tél. :
01.44.50.43.00.
Ouvert tous les jours de 9h à 18h. Fermé le mardi. 

 

>> à lire également : L’exposition : Louis Janmot. Le Poème de l’âme 

Céline Vicq

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

Charette revisité

ENTRETIEN | Revenue sur le devant de la scène au moment de la sortie du film Vaincre ou Mourir, la figure de Charette, général de la Vendée militaire, vient de faire l’objet d’une nouvelle biographie par Anne Bernet. Entretien avec l’auteur sur un personnage clé de l’épopée contre-révolutionnaire, passionnant, controversé, héroïque et qui cache encore quelques mystères.

+

charette
CultureLectures

Le choix de votre quinzaine : Maggie Smith à Lourdes

Recension adultes | Le Club des Miracles raconte le périple jusqu'à Lourdes de quatre irlandaises (dont Maggie Smith), qui aspirent toutes à un miracle. Dans cette page de recension retrouvez aussi des livres de spiritualité, un essai sur Simon Leys, un CD de Lang Lang et quelques autres sélections. Paru dans le n° 1809.

+

Maggie Smith
CultureLectures

Faire découvrir aux enfants sainte Faustine et la Miséricorde Divine

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Le livre Carlo Acutis et les miracles eucharistiques n'est pas une ultime biographie, mais raconte et explique sa grande exposition sur les miracles eucharistiques.Paru dans le n°1809.

+

Carlo Acutis garçon lecture
Culture

L’exposition : Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

La Fondation Custodia, un lieu unique dans Paris, un peu confidentiel, où sont présentées des expositions remarquables, rend hommage à son précédent directeur Ger Luijten, disparu prématurément en décembre 2022. Cet homme passionné, érudit et fin connaisseur a toujours cherché à être fidèle à l’esprit du grand collectionneur Frits Lugt (1884-1970) à l’origine de cette Fondation. Pendant douze années il dirigea ce lieu et mena une politique d’acquisition intense. Environ 10 000 œuvres sont entrées dans les collections de ce superbe hôtel particulier. Une sélection de 140 œuvres est proposée au regard du visiteur.

+

Ger Luijten
CultureDoctrine socialeLettre ReconstruirePhilosophie

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote