« L’homme enceint » ou la folie devenue norme

Publié le 12 Juin 2023
folie

Le vocabulaire que les personnes transsexuelles essayent d’imposer dans le public est assez servilement repris par les médias, au point que le citoyen ordinaire tombe souvent dans la sidération devant certaines formulations. L’absurdité règne et l’intellect s’habitue au mensonge…

« Il était entendu que lorsque le novlangue serait une fois pour toutes adopté et que l’ancilangue serait oublié, une idée hérétique […] serait littéralement impensable, du moins dans la mesure où la pensée dépend des mots. » (1) Le concept de « novlangue », apparu dans la fiction 1984 de George Orwell, désigne une re-création du langage par une société dictatoriale qui tente de contrôler la pensée par l’usage des mots. Cette trouvaille de l’auteur britannique est d’une pertinence particulièrement glaçante. Pourtant ce concept ne semble jamais franchir les limites du réel que la plupart des personnes acceptent de vivre. On brandit Orwell comme une menace pour notre monde et notre culture comme certains pouvaient brandir le Père fouettard pour faire peur aux enfants. Les enfants avaient peur tout en étant convaincus que cette menace ne viendrait jamais. Orwell fait peur, mais il semble loin. Et si nous avions tout faux ? Et si la transformation du langage était déjà passée ? Le 23 mars dernier, le journal Le Point titrait : « Un homme transgenre a accouché à la maternité du centre hospitalier Jacques-Cœur, à Bourges, accompagné de sa femme, qui est née homme. »  Peut-être certains de nos lecteurs auront eu à relire plusieurs fois cette phrase pour la comprendre. Pourquoi cette difficulté de lecture ? Car l’intelligence a dû traduire conceptuellement une absurdité. Pour le dire autrement, notre esprit a reformulé la phrase de cette manière : « Une femme qui se considère comme un homme a accouché d’un enfant qu’elle avait eu avec son compagnon homme qui se considère comme une femme. » L’esprit humain ne peut faire cet effort de reformulation constamment. Aussi, il va tenter de faire des raccourcis. « Homme transgenre » voudra dire « femme qui se considère comme un homme » et « femme transgenre » signifiera « homme qui se considère comme une femme ». Le problème est que cette tentative de raccourci va rendre grandement confuse la saisie conceptuelle du réel. En effet, l’intelligence humaine se retrouve à devoir penser : « Un homme transgenre est une femme. » Sans distinction ni définition fixe nous sommes face à un oxymore qui ne se dit pas. Philosophiquement, on parle de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

François-Marie Portes, Directeur de l'Ircom-Lyon

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie