L’homme, la communauté et la nature

Publié le 10 Oct 2023
L’homme, la communauté et la nature
Dans un délitement général de l’idée du bien commun, volontarisme et individualisme ont perverti la notion de « tout », classiquement conçu comme accidentel. Identifié à une nature sacralisée, il est perçu désormais comme substantiel et déterminant, seule source de la valeur de chaque individu. Ce qui n’est pas sans rappeler les thèses panthéistes allemandes de la fin du XIXe au début du XXe siècle.

  Puisque nous sommes par nature des êtres politiques, il s’ensuit que le bien de la communauté à laquelle nous appartenons est supérieur à notre intérêt personnel. Plus précisément, le bien propre [1] de chacun exige de rechercher avant tout le bien commun car le premier suit le second. C’est ce qu’enseigne saint Thomas d’Aquin lorsqu’il écrit que « celui qui cherche le bien commun de la multitude cherche par voie de conséquence son bien propre, et cela pour deux raisons. La première est que le bien propre ne peut exister sans le bien commun soit de la famille, soit de la cité ou du royaume. (…) La seconde raison est que, l’homme étant une partie de la maison et de la cité, il doit considérer ce qui est bon pour lui d’après ce qui est prudent quant au bien de la multitude : car la bonne disposition des parties se prend de leur rapport au tout » [2]. Nous sommes donc une partie du tout que constitue la communauté politique. Voilà qui rabat sérieusement notre égoïsme et heurte de plein fouet l’individualisme libéral. Nous n’avons pas une fin individuelle totalement séparée du bien de la cité. Cependant, ce principe de totalité, si important, ne signifie pas que, même dans l’hypothèse d’un gouvernement juste et prudent, nous sommes incorporés dans un corps politique qui nous donne vie, détermine nos pensées et nos actions. Il est ainsi capital de saisir la distinction apportée par la philosophie entre le tout accidentel et le tout substantiel. Si le corps humain est un tout substantiel, car aucun membre n’a une vie propre par rapport au tout, il n’en va pas de même pour le corps politique, tout accidentel, dans la mesure où notre nature politique n’est pas en contradiction avec notre qualité d’être raisonnable, appelé à se diriger de lui-même vers sa fin. Ce principe est une nouvelle fois exprimé avec une grande clarté par saint Thomas d’Aquin : « Le tout qui est formé politiquement par un peuple, ou par une famille, n’a qu’une unité…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Joël Hautebert

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie