L’idée des Goums : retrouver l’unité par la simplicité

Publié le 17 Juil 2023
goums

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au début des années soixante-dix, bien des jeunes s’ennuyaient… cherchant de l’authenticité là où on ne leur offrait que des slogans. Alors Michel Menu eut l’intuition d’offrir du vrai, du beau, du silence empli de présence. C’est pour répondre à cette génération en attente qu’il a fondé les goums.   Pourquoi… des raids ? Parce que nous étions plusieurs à aimer cela ! Le silence est bon, quand il n’est pas un silence vide, quand un ami, proche de nous, le respecte. Le désert est bon. Le vent. L’espace. On en a grand besoin aujourd’hui. On a besoin d’eau. Surtout peut-être… de cette eau que vous donne celui ou celle… qui n’en a presque plus ! On a besoin de feux au crépuscule, sans théâtre, ni vacarme. De feux qui chauffent et qui éclairent. On y vient avec ses ombres, ses incertitudes, son mystère. On y perd le masque qu’on se colle en ville, des journées entières, pour jouer des rôles auxquels on ne croit pas, ça fait du bien de s’en délester. On a besoin d’authentique brut ! Nous ne sommes pas les seuls, d’ailleurs, à rechercher les gestes sans artifices de l’espèce. Bien des jeunes commencent, eux aussi, à se méfier des structures ou des techniques plus ou moins savantes qui font des « miracles » tout en anesthésiant la vie de l’âme. Ils rejettent les idées fabriquées en série… pour l’homme de série. Ils suspectent la supercherie des solutions-à-Prisunic au drame géant de leur époque. Ils sont moins rares qu’on ne l’imagine ceux qui en ont assez des slogans lancés depuis un siècle par les racoleurs politiques, avec leurs derniers… tournants d’histoire, leurs théories porte-bonheur et leurs conflits de générations. Après le salut par les Soviets, voici le ciel par les Chinois ! En attendant, on se bat partout. Au Vietnam, en Angola, au Biafra. Quant à nous, on ne vaut plus rien. Le sort du monde se joue… sans nous ! À Paris, comme à Rome, à Londres, Madrid ou Berlin, on ne nous offre que du cinéma. Oui ! Ils en ont ras le bol, ces jeunes, de la « jeunesse » et de ses « ghettos » où on les coince pour les mieux casser. Ils ne supportent plus de saliver au signal, comme le chien de Pavlov, et d’obéir aux modes comme des nanas. Top ! Je m’allonge les poils et le froc. Top…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Michel Menu

Ce contenu pourrait vous intéresser

CultureLectures

Une réédition du Triomphe pour le Prince Éric

Recension jeunesse | Les Éditions du Triomphe ont réédité les deux premiers tomes du Prince Éric cette année avec les illustrations originales. Retrouvez dans cette page culture une sélection de livres jeunesse pour l'été. Paru dans le n° 1812.

+

prince éric
CultureLettre Reconstruire

Le De Regno de saint Thomas d’Aquin

La Bibliothèque politique et sociale | Lettre Reconstruire n° 38 (juillet 2024) | L’un des ouvrages politiques de saint Thomas d’Aquin parmi les plus diffusés fut assurément le De Regno. Malgré quelques difficultés, ce traité expose des principes politiques, et, à ce titre, il reste toujours pertinent de le lire.

+

principes de politique Thomas de Reno
Culture

Le Dernier Homme : un homme nouveau

Carte Blanche de Judith Cabaud | Les livres de l’histoire contemporaine depuis l’époque de la Réforme, sont constellés d’écrits d’esprits forts qui souhaitent, par la raison humaine, un avenir sans Dieu. Des Encyclopédistes au Zarathoustra de Nietzsche, on a donc prophétisé, avec force détails, le nihilisme dans lequel nous baignons aujourd’hui et les comportements humains. Les chrétiens, qui sont les derniers hommes à suivre les pas du Christ ressuscité, seront forcément des hommes nouveaux.

+

huxley orwell homme nouveau