Mobilisation pour la famille

Publié le 18 Jan 2014
Mobilisation pour la famille L'Homme Nouveau

Les députés européens ont rejeté le 10 décembre dernier le rapport Estrela qui préconisait, entre autres, l’accès généralisé pour toutes les femmes à l’avortement et à la contraception. Non seulement rejeté, il a été remplacé par un texte qui réaffirme la primauté des États pour légiférer sur ce type de sujets. Une première remise en cause de l’avortement, considéré comme un droit, rapidement suivie par un projet de loi espagnol qui ferait passer l’avortement d’un régime de délais à un régime d’exception.

Les féministes montent au créneau

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy, qui porte ce projet de réforme annoncé déjà lors de sa campagne, s’est donc attiré les foudres des féministes de son pays et d’ailleurs qui dénoncent un retour de trente ans en arrière. Si Malte et l’Andorre ont toujours maintenu l’interdit de l’avortement et si la Pologne et l’Irlande gardent une législation plutôt restrictive, tous les autres pays européens avaient fait de l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) un droit comme un autre. L’adoption, par les parlementaires français le 18 décembre dernier, d’un amendement supprimant la notion de détresse comme critère pour recourir à l’IVG en est emblématique.

La bonne nouvelle vient d’Espagne

Approuvé le 27 décembre par le Conseil des ministres espagnol, le projet de loi de Mariano Rajoy interdit l’IVG sauf en cas de :

– grave danger pour la mère, à condition que le diagnostic soit émis par deux médecins différents et étrangers à l’établissement pratiquant l’avortement.

–?viol,?si la mère a déposé plainte.

– malformation fœtale, sous réserve de deux rapports médicaux, l’un sur la mère et l’autre sur le fœtus.

Par ailleurs, le projet de loi stipule que les mineures ne pourront recourir à l’avortement qu’avec l’autorisation de leurs parents. Une décision politique qui réaffirme avec force que l’avortement n’est pas un acte anodin et redonne aux parents leur place de premiers éducateurs de leurs enfants. La bataille pour la vie est loin d’être gagnée pour autant et c’est dans cette perspective que la 9e Marche pour la Vie aura lieu à Paris ce 19 janvier pour la défense de l’enfant à naître, fondement de la défense de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

Crise agricole, les raisons de la colère (1/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 1/3 | Dans cet entretien, Yann de Kérimel dresse le tableau sombre d’une agriculture profondément détraquée, entre le mauvais rôle des institutions censées représenter le secteur, les exigences absurdes et contradictoires de l’Union européenne et des choix de consommation déraisonnables.

+

crise agricole
A la uneSociétéLectures

Juan Branco ou la préparation du coup d’État

L’avocat Juan Branco monopolise l’actualité entre ses prises de position radicales et ses mésaventures dignes d’un « people » : affaire de mœurs, démêlés judiciaires, rivalité entre lui et le nouveau Premier ministre, Gabriel Attal. Un traitement médiatique de ce type mérite sans doute qu’on s’attarde sur le personnage. À 34 ans, Branco possède un parcours étonnant. Son dernier livre, Coup d’État, manuel insurrectionnel, paru en 2023, apporte un éclairage intéressant sur sa pensée.

+

juan branco
SociétéDoctrine socialeLettre Reconstruire

L’Église face au nazisme et au fascisme (II)

Lettre n°33 de Reconstruire - Parmi les tentations totalitaires, le fascisme vient historiquement avant le nazisme et n’a pas exactement connu les mêmes dérives odieuses. Pour autant, il s’insère bien dans une conception non chrétienne de l’homme et de l’État, qui doit tout à la modernité. Cette synthèse du professeur argentin Carlos Sacheri (1933-1974) est extraite de son livre (non publié en français) El Orden natural (1975).

+

fascisme mussolini
Société

Le Rocher, une antidote à la fracture sociale

Initiative chrétienne | Les émeutes violentes de l’été dernier ont tiré une fois de plus la sonnette d’alarme sur l’état de certains quartiers en France. Association qui se consacre à tisser des liens avec les habitants des « banlieues », Le Rocher fait vivre des familles, des étudiants ou des retraités à leur contact. Pierre Thomas, responsable d’Antennes à Roubaix (Nord), explique les objectifs de l’association. 

+

le rocher banlieue cité