Nécessaire victoire !

Nécessaire victoire ! L'Homme Nouveau

Parce que nous sommes déterminés, efficaces, avec un vrai sens collectif et une farouche subsidiarité concrète. Nous n’appartenons pas à un mouvement, nous sommes le mouvement ! Là où nous nous trouvons, nous sommes la réaction, avec un sens de l’initiative extrêmement créatif, un humour récurrent et une incroyable faculté à tout donner : du temps, de l’énergie, de l’argent, et notre réputation de bon bourgeois!
Les limites de notre action ne sont pas fixées par un parti qui exige une discipline centralisée, mais par notre conscience éclairée, pour la plupart d’entre nous, par notre pratique ou notre culture chrétienne : nous n’agressons pas, nous ne dégradons pas, mais nous sommes présents ! De toute notre présence. Nous ne partons que quand le gaz nous fait suffoquer ou que les matraques cassent les membres, et nous partirons de plus en plus tard et nous irons de plus en plus près.
Nous utilisons le verbe, la seule arme de destruction massive de la connerie ambiante, souvent le verbe haut, nous ne nous tairons pas ! Et comme ils n’entendent toujours pas, alors nous chantons… Nous chantons la Marseillaise et nous le ferons encore longtemps et encore plus fort car contrairement aux footballeurs milliardaires, nous, nous la connaissons. Elle symbolise pour nous, aujourd’hui, le sens du bien commun, finalité de la politique.

Manif 21 04 2

On se fout complètement des amalgames : nous assumons les faits pas les méfaits ! Il est probable que des gens violents, « extrémistes de tous poils », que sais-je encore, pensent eux aussi que le mariage gay est un non-sens sociétal, c’est un fait ! Leur façon d’agir leur appartient, nous n’avons pas à en répondre. Nous ne sommes responsables que de ce que nous entreprenons.
On se fout complètement « du risque de radicalisation » : nous étions déjà radicalement opposés dès la première manif ! Nous l’avons dit gentiment, façon « Gangnam style », nous l’avons redit à la deuxième manif, en chantant Piaf dans une chorale de presque deux millions de chanteurs, sans marcher sur les pelouses. Maintenant, c’est la Marseillaise, et les pelouses on s’en fout. J’ai d’abord suivi une blonde sympa qui fait des manifs cools, j’ai fait la « ola ». Mais, depuis le début je suis un père de famille en colère qui défend sa civilisation; les consignes, maintenant je me les donne en conscience pour exprimer ma radicale opposition à cette loi. 
Nous condamnons absolument la violence : celle du ministère de l’Intérieur qui par mépris a sous-estimé nos manifs et fait gazer femmes et enfants ; celle des journalistes qui ont « cahuzaqué » les chiffres réels de notre opposition pacifique par un mensonge collectif inacceptable. Nous condamnons ces médias qui parlent en boucle d’homophobie, générant une violence verbale et physique de la part des homosexuels à notre encontre, alors que notre propos n’est pas là. Nous condamnons cette violence faite à la démocratie, où les lois se pensent dans les loges, et s’imposent par des lobbies dans le mépris absolu de ce que nous pensons majoritairement.
Alors! Là où nous sommes, qui que nous soyons, je le dis comme chrétien, comme citoyen, comme père, comme entrepreneur, comme journaliste chroniqueur :
Je nous demande très officiellement de considérer la victoire comme nécessaire ! Pour ce que nous sommes, pour ce que nous croyons, pour nous, nos enfants, leurs enfants, nos familles et les familles de France, pour notre pays. Je nous demande de considérer la victoire comme nécessaire, de gagner absolument et maintenant cette bataille. Bravo pour tout ce qui a déjà été réalisé, l’impératif de la victoire s’impose… C’est le printemps pour tous.

Go, go, go. 

Ce contenu pourrait vous intéresser