Noël

Publié le 24 Déc 2015
Noël L'Homme Nouveau

Chut, c’est Noël… Cette année, même l’ange Boufaréo et sa trompette à Gloria devra calmer un peu le jeu, et tous les anges qui tonitruent leur joie à en faire exploser la voûte céleste seront enclins, en passant sur terre eux aussi, à chanter Gloria en mode majeur certes, mais molto pianissimo. La terre a besoin plus que jamais de silence, d’intériorité. Pas de minutes de silence. On en a soupé de ces démonstrations de dignité où les puissants pensent à eux et au profit qu’ils peuvent tirer du drame qu’ils dénoncent, de ces minutes de silence qu’il ne faut pas appeler de prière de peur que la République ne rencontre la transcendance. Non, il s’agit du silence rempli de sérénité, de calme, de gratitude, d’indicible joie, du bonheur intérieur. Silence qui répond évidemment au bruit des explosions, des fusillades, des cris de peur et de douleur des attentats. Mais aussi silence pour se sortir des débats inutiles, de tous ces « moi je » qui s’approprient l’espace sonore et promettent une meilleure région, politique, Europe, un meilleur monde, climat. Quitter un temps ces sauveurs de plateaux télé, baveux de promesses, pour une nuit de silence à adorer Jésus Sauveur, juste une nuit de silence entre Marie et Joseph ; là, dans la crèche. Il fut un temps où l’on parlait de la trêve de Noël. Elle faisait ranger son arme à l’homme de guerre, le temps de cette nuit sainte. Cette année, il nous faut une trêve de Noël médiatique, politique, commerciale, une trêve du bruit, du volubile, du futile, de l’inutile, du mercantile, juste une trêve de la tchatche et des tchatcheurs. Rien d’autre que le silence de la nuit de Noël… Jésus est là ! Joyeux Noël à vous tous, bien chers lecteurs.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas