Notre-Dame de Boulogne, bientôt basilique ?

Publié le 03 Avr 2024
Boulogne

© Bledard92, CC BY-SA 3.0

Une église qui va devenir une basilique ! Le 22 mars dernier, la Conférence des évêques de France a changé l’histoire fabuleuse de Notre-Dame de Boulogne-Billancourt, en donnant son accord à Mgr Rougé pour engager les démarches auprès du Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements afin de conférer le titre de basilique mineure à l’église Notre-Dame-de-Boulogne.

 

L’église Notre Dame de Boulogne pourrait bientôt devenir une basilique. Mgr Rougé avec l’accord du conseil des évêques est prêt à engager les démarches nécessaires. Vendredi 22 mars les évêques se sont concertés pour se mettre d’accord. Cette heureuse et surprenante nouvelle questionne, comment une église peut-elle être élevée au rang de basilique ? 

 

Un titre exceptionnel 

Tout d’abord le terme de basilique vient de l’antiquité. C’était durant l’empire romain un lieu de réunion, de vie dans la cité. Petit à petit le terme est repris dans le vocabulaire de l’Église car les bâtiments religieux qui étaient construits au VIe siècle faisaient penser aux basiliques. 

C’est en quelque sorte un titre qui est donné au lieu par le pape ou un ministre qui a reçu sa délégation. Une église peut obtenir ce titre lorsque le lieu a vécu un événement particulier, témoignant de l’étroit lien qu’il y a entre cette église et l’Église. Dans le monde il y a en tout 1863 basiliques dont 174 en France. Il y a par ailleurs une gradation qui peut se faire en distinguant les basiliques majeures où les autels sont réservés au pape. Elles sont toutes situées à Rome. Les basiliques mineures quant à elles sont situées dans le reste du monde. 

 

Une histoire jumelée

Ainsi, si l’église Notre-Dame de Boulogne peut devenir une basilique c’est parce qu’il s’agit d’un haut lieu de pèlerinage.  

L’église a été construite il y a plus de 700 ans, mais l’histoire du sanctuaire commence plus tôt encore, en 633, et un peu plus loin, à Boulogne-sur-Mer à plus de 250 kilomètres de là. Cette année-là, un bateau vide s’échoue près de la ville et au même moment une Vierge apparaît dans le haut de la ville. Elle annonce qu’une barque s’est échouée avec une image de la Vierge à son bord et elle demande qu’elle soit vénérée pour toujours. C’est ainsi que dans la barque est trouvée une petite statuette de bois de la sainte Vierge représentée avec Jésus son fils. 

Boulogne cathedrale vierge dome boulogne

© Velvet, CC BY-SA 3.0

Très vite de nombreux pèlerins viennent de la France entière pour vénérer la sainte Vierge. Le sanctuaire, construit au XIe siècle, et son pèlerinage acquièrent alors une grande importance, autant que Compostelle. Le roi Philippe lV y fait marier sa fille Isabelle de France avec le roi Edouard ll d’Angleterre en 1309. De retour à Paris, il décide de faire construire un deuxième sanctuaire dédié à Notre-Dame de Boulogne, mais plus proche de sa capitale. L’église est construite par Philippe V près de Saint-Cloud et reçoit le nom de Notre-Dame de Boulogne la Petite. Le village prend quant à lui le nom de Boulogne-sur-Seine.
 

Un pèlerinage qui attire les plus grands 

Par ailleurs, Jean ll le Bon rendit grâce à la sainte Vierge en lui offrant un bateau d’argent tenu par des anges, pour avoir été délivré des Anglais. 

Ce nouveau sanctuaire devient à son tour un haut lieu de pèlerinage où beaucoup se sont rendus comme Bertrand du Guesclin, le chevalier Bayard, Mazarin ou encore Bossuet ainsi que de nombreux rois. 

Après la Révolution, l’église est transformée en grenier à fourrage et en maison close à partir de 1860. 

 

Notre Dame de Boulogne boulogne

Vierge nautonières datant de 1884, en remplacement de celle offerte par Jean II. © Thomon, CC BY-SA 4.0

 

Elle sera petit à petit reconstruite et restaurée (flèche, dallage, charpente, vitraux, peintures murales), jusqu’en 2008 avec la pose d’un nouvel orgue. Notre-Dame de Boulogne retrouve sa splendeur d’antan. 

En 2019, à l’occasion des 700 ans de l’église, monseigneur Matthieu Rougé, évêque actuel de Nanterre, déclarait : « Cette église n’est pas qu’un lieu de culte. C’est également un sanctuaire marial, un phare où la tendresse et la foi se transmettent. » C’est pour cette raison qu’elle peut prétendre au titre de basilique. L’église Notre-Dame-de-l’Immaculée-Conception de Boulogne-sur-Mer est quant à elle basilique depuis 1879. Mrg Rougé va donc engager les démarches auprès du Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements afin d’en faire une basilique. 

 

>> à lire également : 50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

 

Louis d'Auteroche

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureEglise de France

Mgr Chappoulie, évêque d’Angers

Carte blanche d'Yves Chiron | La nouvelle biographie Mgr Chappoulie, de Vichy à l’épiscopat d’Angers écrite par l'abbé Serge-Daniel Ekani est parue fin 2023 aux éditions de L'Harmattan. Elle décrit la vie de celui qui fut le lien entre l'Église et l'État français entre 1940 et 1944, et qui œuvra longtemps dans les organismes missionnaires.

+

Mgr Chappoulie
EgliseSpiritualité

Lourdes : se plonger dans l’eau vivifiante

Les piscines de Lourdes, dont l'accès avait été interdit au temps du COVID, vont enfin ré-ouvrir, après que les autorités du sanctuaire en ont profité pour en rénover l'accès et l'utilisation. Voilà qui offre l'occasion d'inviter les pèlerins à entrer dans une riche symbolique qui s'inscrit dans la révélation biblique et le quotidien de la vie chrétienne.

+

lourdes eau
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte