Notre feuille de route

Publié le 27 Sep 2008

Éditorial du numéro 1429 de L’Homme Nouveau, qui vient de paraître.

• Il y aura donc un avant et un après-voyage en France de Benoît XVI. Une certaine presse annonçait la visite d’un Pape « réac », « conservateur », crispé sur des questions de messe en latin. Elle prévoyait un accueil mitigé, une foule réduite à quelques nostalgiques. Et Benoît XVI est venu. Tel qu’en lui-même ! Il n’a pas composé un rôle pour la circonstance. Il ne s’est pas adapté à « son public ». Il a été Benoît XVI du début à la fin. Doux, presque timide, clair et ferme. Et pédagogue ! Sous le pontife, l’ancien professeur de théologie n’était jamais loin.
• J’ai eu la grâce d’assister à la conférence aux Bernardins. Les personnalités du monde de la culture présentes étaient loin d’être toutes des catholiques affichés et convaincus. Elles attendaient ce discours, guettant par avance le moindre faux pas vis-à-vis de la doxa moderne. À l’arrivée du Saint-Père, les acclamations ont été chaleureuses. Pendant son discours, le silence régnait, certains prenant même des notes. Après le départ du Pape pour Notre- Dame de Paris, il était clair que Benoît XVI avait surpris et conquis cet auditoire composite.
• La foule, elle, a été au rendez-vous. Aussi bien à Paris qu’à Lourdes. Les jeunes comme les plus âgés. La France a découvert en direct ce Pape trop souvent caricaturé. Ce n’est pas le Pape qui est tombé, mais sa caricature. Il est évident que ce n’est pas suffisant pour remplir les églises le dimanche. Il est clair qu’il faudra partir de là pour reprendre le long effort missionnaire. Une splendide « feuille de route » nous a été donnée. À nous de lui donner des suites pratiques.
 

Dans ce numéro, vous trouverez notamment :

– Des extraits importants des principales interventions du Pape en France;

– un article sur Sarah Palin, de notre correspondante aux États-Unis;

– La réponse de l’éditeur français de Newman à une campagne récente;

– Une tribune libre de Jacques Trémolet de Villers sur la désertification spirituelle de la France;

 et, bien sûr, les rubriques et chroniques habituelles, dont Pasquin et François Foucart.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
A la uneEglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles
EgliseBioéthiqueSpiritualité

GPA et filiation (4/4) : La filiation dans la Bible, reflet de la filiation divine

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (4/4) | Alors que la société actuelle a perdu ses racines et que les familles sont éclatées, la filiation telle que décrite dans la Bible est vidée de son sens. Dans l’Antiquité, la personne existe par son lien avec la famille, y compris les ancêtres. La dimension de filiation se dessine et se maintient alors par l’éducation et le respect. Elle préfigure la relation entre le Père et le Fils, et entre Dieu et les hommes.

+

gpa filiation