Notre quinzaine : Dieu sauve le Roi !

Publié le 17 Mai 2023
Roi

Le refrain appuyé de la chanson du 31 du mois d’août le rappelle sans ambages : le Français ne souhaite habituellement pas le meilleur au Royaume-Uni et à sa couronne. Depuis qu’ils ont brûlé Jeanne d’Arc, triomphé à Trafalgar, bombardé lâchement notre flotte à Mers el-Kébir, comment pourrait-il en être autrement ? « L’Angleterre, cette colonie française qui a mal tourné », raillait Clémenceau.

Adversaires historiques : on les appelle Rosbifs, Angliches ou Godons. Ennemis jurés : ils forment la « Perfide Albion ». Notre rivalité dépasse le millénaire : sur terre comme sur mer, dans les airs comme dans les stades, de Guillaume le Conquérant et la bataille d’Hastings au tournoi des Six Nations et le fameux Crunch  (nom donné au match phare de la compétition entre le XV de France et le XV de la Rose), nos voisins d’outre-Manche n’ont traditionnellement pas nos faveurs. Et réciproquement.

Certes, la splendeur de leurs parcs, la noblesse des villas victoriennes, leur art de servir le thé, l’élégance so british plaident en faveur du peuple britannique. Agatha Christi dépasse de loin Frédéric Dard et les Peaky Blinders ont quand même plus d’allure que les monte-en-l’air des Batignolles. Oui, même leurs voyous ont du style !

Mais la dimension insulaire, implacablement, les rattrape. La culture britannique revêt bien trop de particularismes pour que nous puissions nous sentir absolument complices ou spontanément en communion d’esprit. La cuisine anglaise, la conduite à l’envers, la rupture avec Rome depuis Henri VIII, décidément, ces anglais ne sont pas nôtres et nous ne sommes pas eux.

Ils « filent à l’anglaise » et nous cultivons le « panache à la française ». Ils entretiennent la perfection de leur James Bond et nous nous réjouissons du caractère désinvolte d’Hubert Bonisseur de la Bath. Avouons-le : plus qu’une mer, un monde nous sépare.

Pourtant, le récent couronnement du Roi Charles III a manifesté au monde combien les anglais nous dépassent infiniment dans la conservation de leurs traditions et le maintien de leur fierté nationale. Le sacre d’un roi, en 2023, voilà déjà une réalité à elle-seule atomique dans l’univers techniciste et horizontal auquel la société postmoderne nous soumet chaque jour.

Pour ce qui est de l’Hexagone, lorsque l’on constate, impuissant et désolé, combien une simple crèche dans une mairie « pose question » et secoue le landerneau médiatique, on imagine dans les salles de rédaction l’apoplexie générale que susciterait l’annonce d’une cérémonie royale à Reims.

La couronne britannique, n’en déplaise à ses détracteurs, se maintient au-delà des modes et des courants. Les plus grincheux diront que tout cet appareil ne relève plus que du carton-pâte, de l’attrape-touriste, que la famille royale ne représente qu’un vivier de sujets pour la presse à scandales. N’y aurait-il pas intérêt à poser un regard plus large sur cet événement qui dépasse de loin les concernés et les spectateurs que nous sommes ?

Mélenchon peut bien se moquer du « sirop dégoulinant de la monarchie », à n’en pas douter les millions de français qui ont vibré à la liturgie royale du couronnement devant leurs écrans semblent davantage fascinés par tant d’Histoire, de déploiements rituels, d’efflorescence de symboles que par le débraillé suffisant des députés de la NUPES.

Sur BFM TV, l’ancienne ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, distribuait quant à elle ses « windsors du ridicule », comme on remet des césars ou des molières. Sarcastique, elle fustigeait, sans nuance et méchamment, les ors du sacre royal de Charles III : vêtements de carnaval, oreilles décollées du Roi, cérémonie grotesque du balcon…

On n’a pas souvenir l’avoir entendue, lorsqu’elle était en fonction, s’indigner des mœurs du showbiz où l’indigence se dispute à la vulgarité, où l’outrance rivalise avec la provocation. A tout prendre, en matière d’élégance et de ridicule, heureusement pour Roselyne Bachelot que les français n’ont pas un choix à effectuer entre elle et Kate Middleton, la démocratie serait sans appel…

« Les rois sont des monstres », affirmait Robespierre. La Révolution, toute violente qu’elle fut, n’a pas réussi à supprimé l’esprit de cour. Dans l’univers républicain, des roitelets sans couronne continuent de gouverner sans partage et il arrive que des « barons » s’accaparent circonscription ou responsabilités locales au mépris du bien commun.

Mais le rejet du roi en cache un autre plus subtil, plus profond et, dramatiquement, plus grave : le rejet du Christ qui est le Roi des Nations et dont le règne n’est pas seulement spirituel. Si le sacre de Charles III donnait à chaque catholique français l’occasion de réfléchir sur le rôle qu’il a à jouer pour contribuer au règne social de Notre-Seigneur, alors – que mes ancêtres bretons me le pardonnent – c’est bien volontiers que je tonne à mon tour : « God save the King ! »

 

A lire également : Notre quinzaine : France, royaume de la Vierge Marie

Père Danziec +

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour