Notre quinzaine : Face au nihilisme, que fait l’Église ?

Publié le 06 Mar 2024
nihilisme

Le catholicisme n’échappe pas à la tentation nihiliste, dans une sorte de déconstruction de tout son appareil doctrinal et disciplinaire. © Wirestock / Freepik

L’effacement de l’Occident est-elle la victoire du nihilisme ? Sous le titre La défaite de l’Occident, le sociologue et historien Emmanuel Todd vient de faire paraître un nouvel ouvrage qui n’a pas laissé indifférents les commentateurs. Le livre s’inscrit dans le cadre de la guerre en Ukraine et tente d’en discerner les causes.

De ce fait, l’auteur entreprend une sorte de plongée dans la réalité des pays concernés par ce conflit, la Russie et l’Ukraine au premier chef, mais aussi les « grandes » puissances européennes (Allemagne, France et Royaume-Uni) et les États-Unis d’Amérique.

 

Le temps long

La démarche, et c’est son premier mérite, s’inscrit dans le temps long. Elle convoque aussi bien l’histoire que l’économie, l’analyse politique que les statistiques touchant divers domaines.

Le ton est parfois péremptoire et pourra agacer un certain nombre de lecteurs qui ne partageront pas les conclusions de l’auteur concernant le conflit en Ukraine.

La méthode suivie par Emmanuel Todd apparaît également trop systématique, de nature quasi mathématique, ce qui laisse peu de place dans l’ensemble à la contingence des actes humains.

Néanmoins, La Défaite de l’Occident mérite qu’on s’y arrête un instant, davantage pour certains matériaux utilisés que pour ses conclusions ou pour sa méthode de fond.

Emmanuel Todd tend à démontrer, en effet, que la crise profonde (le mot est important) que traverse l’Occident (Europe et États-Unis d’Amérique) s’explique notamment par une baisse démographique, elle-même révélatrice du nihilisme ambiant, et par l’effondrement du rôle de la religion dans nos sociétés.

 

Démographie et religion

Ces deux paramètres sont d’ailleurs corrélés chez Todd, qui en donne une explication, parfois agaçante pour le croyant, notamment lorsqu’il estime que l’effondrement religieux est irréversible. Toujours selon son analyse, l’attitude vis-à-vis de l’homosexualité révèle aussi le degré de basculement religieux :

« l’acceptation de l’homosexualité et celle du mariage pour tous ne sont retenues ici que comme preuves d’un basculement culturel, irréversible, et comme indices d’un état zéro de la religion. »

Voilà une conclusion qui ne peut nous laisser indifférents. D’autant que Todd, à coups de formules chocs, distingue en fait deux états religieux dégradés affectant les sociétés occidentales. Le premier est celui de la religion « zombie ». La croyance et les pratiques qui lui y sont liées ont disparu mais il survit une sorte de réflexe culturel qui prend ses racines dans la religion.

Mais cet état, sauf sursaut, n’est que transitoire et débouche à son tour sur le « niveau zéro » d’une religion. Non seulement la disparition de la croyance et des pratiques mais également des réflexes communautaires découlant de siècles de vie religieuse.

Les États-Unis d’Amérique seraient ainsi parvenus à « l’état zéro » du protestantisme, religion fondatrice de cette nation, alors qu’en France nous sommes confrontés au catholicisme zéro. Ce qui règne et qui habite nos sociétés porte un nom : le nihilisme.

 

Quelle réponse au nihilisme ?

Encore une fois, si l’on peut discuter la méthode et le caractère systématique de l’analyse d’Emmanuel Todd, force est d’admettre que cette conclusion correspond assez bien à ce que nous constatons.

En Occident, l’islam « surfe » avec une incroyable facilité sur ce nihilisme, offrant aux populations immigrées de deuxième et de troisième génération une réponse au vide auquel elles sont confrontées. Il touche même désormais des populations d’origine européenne et chrétienne.

L’avancée proprement nihiliste de l’avortement en passe d’entrer dans la constitution de la République française en est un autre signe.

Mais ne nous leurrons pas ! Au sein de l’Église, la politique du flou doctrinal et le passage en douce de l’acceptation de l’homosexualité – dernier exemple en date, mais qui n’est qu’un exemple – montrent également que le catholicisme n’échappe pas à cette tentation nihiliste, dans une sorte de déconstruction de tout son appareil doctrinal et disciplinaire.

La réponse ne peut évidemment tenir en quelques lignes. Les appels à l’obéissance et à l’espérance, le plus souvent réduite à un simple optimisme mondain, ne suffiront pas ou plus. Pas plus que l’appel aux périphéries ! Cette perspective pouvait être encore vraie dans les années 1970, lorsqu’il restait des lambeaux de chrétienté. Aujourd’hui, le nihilisme campe au centre même.

Il y a donc urgence à ce que le catholicisme se réapproprie son être.

 


  1. Emmanuel Todd, La Défaite de l’Occident, Gallimard, 374 pages, 23 €.

 

>> à lire également : Les chanceliers (1/4) : Les travaux et les jours d’un chancelier

Philippe Maxence

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLettre Reconstruire

Retrouver le sens de la vérité

Lettre Reconstruire n° 38 (Juillet 2024) | Éditorial | Dans les moments de trouble comme nous en vivons actuellement, dans les périodes d’accélération dans les remises en cause de tous ordres, il faut au moins, individuelle­ment et familialement, se raccrocher aux points de repère certains aux plans naturel et surnaturel. Contre le doute, il faut entretenir en soi la recherche permanente de la vérité.

+

france 4684488 1280 vérité
Éditorial

Notre quinzaine : Dieu se rit…

Éditorial de Philippe Maxence | Où va la France ? Cette question, nous sommes beaucoup à nous la poser depuis le résultat des élections européennes et la dissolution de l’Assemblée nationale. Ce choix présidentiel, prévu par la Constitution, a entraîné une accélération de l’histoire dont nous ne savons pas où elle mènera notre pays. Bossuet écrit que « Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? quand on l’approuve et qu’on y souscrit, quoique ce soit avec répugnance. »

+

dieu droite gauche
ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé