Notre quinzaine : La gratuité ou l’amour à l’état pur

Publié le 21 Fév 2024
carême amour gratuité

Ad lucem, per Crucem !

Le « hasard du calendrier » : telle est l’expression coutumière lorsqu’il s’agit d’évoquer des dates qui s’entrecroisent fortuitement, s’accompagnant de leur lot de surprises, de joies ou… de malchances. Cette année, bissextile, aura donc vu la grande quarantaine débuter un 14 février.

Ainsi, le mercredi des Cendres, jour où la sainte liturgie répète à chacun « qu’il est poussière et qu’il retournera à la poussière », coïncidait avec la « Saint-Valentin ». La fête des amoureux, ressassée de façon tapageuse dans les médias (signe éloquent que l’appétit de tendresse, soi-disant libéré et enfin en mesure d’être assouvi depuis 1968, se trouve en réalité bien mal en point), servait donc d’écrin au début du Carême. Un cœur pour accueillir la Croix. L’amour en guise de plateau à nos sacrifices.

 

Manque d’amour

Cette correspondance de dates permet de lever le voile sur l’un des défis majeurs de notre époque. Disons-le sans crainte, sans ambages et sans détours : notre monde crève de dureté, de froideur, d’inclémence et d’impiété. Nos contemporains suffoquent chaque jour un peu plus de manque d’amour. Et pourquoi donc ? Parce qu’il réside au fond du cœur de l’homme un immense besoin d’amour, besoin d’en recevoir bien sûr, et besoin d’en offrir, aussi. Parce qu’à l’image de Dieu, d’un Dieu qui est amour, Deus caritas est, l’homme est constitutivement fait pour l’amour et « chacun de nous, selon la formule de saint Jean de la Croix, sera jugé sur l’amour ».

Dans son roman Journal d’un curé de campagne, Bernanos ne se trompe pas lorsqu’il fait dire au curé d’Ambricourt, en discussion avec la comtesse des lieux : « L’enfer, Madame, c’est de ne pas aimer ! » À l’inverse, la route du Carême nous indique le nord du Paradis. En réunissant tous les baptisés de bonne volonté dans une dynamique pénitentielle à l’approche de Pâques, cette période liturgique – peu savoureuse a priori – relève pourtant justement d’une histoire d’amour.

Toute opposée à un défi physique, un régime drastique ou une continence stoïcienne, la spiritualité du Carême est bien différente d’une rodomontade de jeûnes ou d’une escalade d’abstinence. Affaire de cœur et grande expression d’amour, elle invite chaque âme à donner des preuves d’amour plutôt que de se prouver quelque chose. 

Dans son livre Pour l’éternité (Fayard), le cardinal Sarah ne manquait pas de souligner la tendance actuelle qui consiste à dire, en parlant du Carême, que le jeûne qui compte est celui du cœur et de l’esprit au point de… finir par négliger le jeûne du corps qui est le soutien du jeûne du cœur.

« On prend parfois le risque de falsifier la Parole de Dieu (cf. 1 Co 2, 16 ; 4, 2), de s’éloigner de Celui qui a dit : “Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie” et de trahir la Révélation et l’enseignement pérenne de l’Église. Certains écrits ou certaines déclarations ne semblent pas se préoccuper d’aider les fidèles chrétiens à rencontrer Jésus-Christ, à accueillir intégralement les exigences radicales de son Évangile et à consolider leur foi, en vue de nous laisser réellement configurer à Lui. Nous avons tendance à “spiritualiser”, au mauvais sens du terme, les réalités chrétiennes. Nous en faisons en fait des fantômes. »

Face au danger d’une fausse spiritualisation de l’ascèse quadragésimale, la tradition de l’Église presse chacun de se fixer de saints objectifs, de s’efforcer de tenir d’exigeantes résolutions en vue de la célébration de Pâques. Dans son guide de l’année liturgique, dom Pius Parsch rappelle d’ailleurs que le motif le plus profond du jeûne est le péché. Le temps de Carême prendra ainsi tout son sens dans l’optique sincère et généreuse d’une réforme de vie. « Le jeûne ne vaut pas par lui-même, ce n’est qu’un moyen d’arriver à la piété. L’âme du jeûne est l’humilité ; il est sans valeur et même coupable s’il est au service de l’amour-propre. »

 

Une authentique gratuité

Se décentrer de soi-même pour se recentrer sur Dieu. Le Carême consiste à faire l’expérience d’une authentique gratuité, à vivre l’amour dans son incandescence folle. Donner sans compter, se dépenser sans attendre d’autres récompenses sinon celle de se savoir offert au Divin Maître. Toute l’année, nous courons et nous nous inquiétons, sans prendre le temps de nous arrêter posément sur l’objet de nos tensions. En vérité, les mille sollicitations du monde nous fatiguent, nous déçoivent voire nous angoissent. Hélas, nous ressemblons trop souvent à des gens qui meurent de soif à côté d’une source.

À nous donc, durant ces quarante jours, d’admirer sa beauté et d’y boire. De saisir plus en profondeur qu’il n’existe qu’un seul et unique chemin vers la lumière : le chemin de la Croix du Christ. Ad lucem, per Crucem !

 

>> à lire également : L’argument central de Fiducia supplicans est-il recevable ?

Père Danziec

Ce contenu pourrait vous intéresser

Éditorial

Notre quinzaine : L’espérance peut-elle être politique ?

Le Christ, notre véritable espérance, est ressuscité. Alléluia ! Nous venons à nouveau de proclamer cette bonne nouvelle qui n’est pas seulement celle d’un jour et d’une fête, fût-elle la plus grande du calendrier chrétien, mais celle qui rejaillit et irrigue constamment notre vie. Nous ne pouvons pas perdre de vue la finalité ultime d’un vrai combat politique qui est le règne du Christ sur les personnes, les familles et la société. Ne perdons pas courage ! Le but est lointain mais nous devons œuvrer à son avènement car notre espérance se fonde sur le Christ, mort et ressuscité.

+

espérance
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Avortement : il est urgent de remonter à la source

Lettre Reconstruire n°34 – Edito | Le lundi 4 mars, le droit à l’avortement est officiellement entré dans la Constitution de la République française. Votée en 1975 comme une dépénalisation et une exception, la loi libéralisant l’avortement s’est muée au fil du temps en un véritable droit positif dont la remise en cause s’est vue de plus en plus entravée. Sans aucun doute, cette défaite pour la vie et pour le militantisme anti-avortement aura des conséquences dans les mois ou les années à venir. Un examen de conscience et une remise en cause des méthodes employées et de la doctrine sur laquelle se fonde ce combat sont nécessaires.

+

constitutionnalisation avortement
ÉditorialBioéthique

Notre quinzaine : La vérité, à temps et à contretemps

Édito du Père Danziec | Dans sa fameuse lettre Que dire à un jeune de vingt ans, Hélie de Saint Marc suggère à son jeune lecteur de « ne pas s’installer dans sa vérité et de vouloir l’asséner comme une certitude »mais lui conseille plutôt de « savoir l’offrir en tremblant comme un mystère ». Permettez-moi, à l’occasion de cet éditorial, de me plier à une rapide étude de la citation d’Hélie de Saint Marc en tentant de l’appliquer au drame de la constitutionnalisation de l’avortement qui fait la couverture de ce numéro.

+

vérité