Notre quinzaine : L’Homme Nouveau continue

Publié le 07 Fév 2024
L'homme nouveau livre lecture

Alors que l’année 2024 est maintenant bien entamée, où en est L’Homme Nouveau ? La question amène plusieurs types de réponses. Je commencerai par un aspect très matériel.

Comme tous les ans, dans les derniers mois de 2023, nous avons fait appel à la générosité de nos lecteurs pour soutenir la diffusion de notre publication. Un appel similaire a été lancé auprès de tous ceux qui suivent la transmission du Club des Hommes en noir.

Ces appels aux dons répondent principalement au fait qu’une publication comme la nôtre ne reçoit pas de publicité ni de soutiens financiers importants. Ce n’est pas le lieu ici d’analyser la perversité du système dans lequel les médias se trouvent placés et auxquels ils participent le plus souvent.

Je voudrais juste signaler pour l’heure que notre appel aux dons n’a jamais été sans contrepartie. Comme vous le savez, les donateurs qui le souhaitent peuvent bénéficier d’une réduction de leurs impôts. Ce qui, en nos temps difficiles, est loin d’être négligeable. Une fois encore, un grand merci à tous ceux qui nous permettent ainsi d’assurer notre mission et l’indépendance absolument nécessaire pour remplir celle-ci.

 

L’Homme Nouveau : une offre plus large

Depuis 2016, nous avons voulu maintenir le prix de l’abonnement en évitant toute augmentation, dans le but de ne pas pénaliser les foyers ainsi que les plus jeunes de nos lecteurs.

Malheureusement, devant l’accroissement généralisé des coûts, que vous subissez également, jusques et y compris pour les biens les plus indispensables à la vie quotidienne, nous sommes contraints de procéder à notre tour à une révision minime du prix de l’abonnement.

Les postes principaux touchés par l’inflation sont le papier, les frais postaux et l’électricité. Trois secteurs sans lesquels un magazine ne peut exister.

C’est véritablement avec regret que nous avons décidé de procéder à ce changement, certains que vous comprendrez la situation. Les nouveaux tarifs sont disponibles et vous seront aussi indiqués lors des relances d’abonnement.

Nous sommes également bien conscients que certains d’entre vous ne pourront pas supporter cette légère augmentation. Impossible pour nous de les abandonner. Pour ceux-là, deux solutions se présentent.

 

L’Homme Nouveau : l’offre digitale

D’abord prendre contact avec notre service d’abonnement pour exposer la situation et bénéficier d’un abonnement au tarif réduit. N’hésitez pas ! L’Homme Nouveau existe d’abord pour ses lecteurs qui sont aussi des amis.

L’autre solution est de souscrire un abonnement digital qui vous permet d’accéder, sur notre site Internet (depuis un ordinateur, une tablette ou un téléphone), à l’intégralité de nos articles et de nos diverses publications (L’Homme Nouveau, Reconstruire, les articles propres au site Internet, le Club des Hommes en noir, nos vidéos et nos podcasts) et de télécharger chaque numéro au moment de sa parution.

Le prix est dérisoire (1 € le premier mois ; 5 € pendant six mois et 6 € ensuite). Un certain nombre d’entre vous ont déjà opté pour une telle solution, qui permet non seulement de lisser le prix de l’abonnement mais aussi d’éviter de subir les augmentations continues du coût du papier et des frais postaux que nous serons obligés dans l’avenir de répercuter.

 

L’Homme Nouveau : une équipe rajeunie

Évoquer L’Homme Nouveau en ce début d’année ne peut cependant se limiter à vous annoncer ce changement de tarif. Depuis septembre dernier, le magazine bénéficie d’une nouvelle rédactrice en chef en la personne de Maitena Urbistondoy.

Celle-ci a rejoint la rédaction en 2022 et depuis lors n’a cessé de prendre à cœur sa tâche au sein de L’Homme Nouveau et de faire montre d’une grande capacité de travail et d’organisation. Elle représente la jeunesse de notre magazine et elle sera appelée à être plus présente dans un avenir prochain.

Autour d’elle, et sous sa direction, toute une équipe s’active chaque jour pour occuper tous les secteurs de communication, de la presse papier et numérique en passant par les réseaux sociaux. Une équipe dont la moyenne d’âge est de 23 ans.

Alors que les défis au sein de la société et de l’Église se montrent toujours plus importants, L’Homme Nouveau, fort d’une expérience de près de 78 ans, est plus que jamais mobilisé pour offrir une analyse s’inscrivant dans l’héritage classique et catholique, bien décidé à n’être d’aucun parti, si ce n’est celui du service du bien commun. Nous vous remercions de votre soutien et de votre confiance.

 

>> à lire également : Enseignement catholique (1/4) : Le privé catholique sous contrat a déjà perdu la guerre scolaire 

Philippe Maxence

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun