Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Publié le 17 Avr 2024
amour

Face aux déchaînements de violence, il s’agit de devenir lumière dans les ténèbres. © L'achetas

Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Il n’y a qu’à se plonger dans les livres de l’Ancien Testament pour mesurer l’intensité des haines recuites, des massacres, des calamités, des plaies et autre Déluge qui parcourent l’Histoire du Salut.

Et s’il ne s’agissait que de feuilleter les pages de l’Histoire tout court, on s’apercevrait rapidement du semblable spectacle. Des hordes mongoles à l’hécatombe de la Grande Peste, de la guerre de Cent Ans au sac de Rome, de l’horreur des colonnes infernales à la boucherie de la Grande Guerre, des camps de la mort nazis aux goulags de l’Union soviétique, encore et toujours cruauté, barbarie et injustice se donnent rendez-vous siècle après siècle au carrefour de la comédie humaine. Oui, hier comme aujourd’hui, « la terre est pleine de violence à cause des hommes » (Gn 6, 13).

 

La violence s’installe chez nous

Dans la célèbre conférence que Soljenitsyne donna à Harvard en 1978 et qui portait sur le significatif déclin du courage des élites occidentales, le dissident russe alertait les consciences. Selon lui, un droit humain d’une grande valeur se trouve confisqué par la postmodernité : « Le droit des hommes de ne pas savoir, de ne pas voir son âme divine étouffée sous les ragots, les stupidités, les paroles vaines. Une personne qui mène une vie pleine de travail et de sens n’a absolument pas besoin de ce flot pesant et incessant d’information […] ».

Il faut pourtant bien l’avouer, par le biais des réseaux sociaux et des chaînes d’information en continu, la violence s’installe chez nous, sous nos yeux. Ceux des plus avertis comme ceux des plus innocents. Rixes mortelles devant les collèges, surenchère de violence entre Tsahal et le Hamas, guerre en Ukraine : la France « Orange mécanique » dispute aux conflits internationaux son lot de barbaries.

Et nous, dans tout cela ? Serions-nous voués à nous cantonner au rôle de spectateurs impuissants devant un tel chaos ? Le Temps pascal vient fort heureusement réenchanter nos âmes. En vainquant la mort, le Christ nous livre la plus belle des leçons : tant que sa grâce travaille dans un cœur, tous les miracles de grandeur restent possibles.

À la suite de la résurrection du Christ, depuis tous les tabernacles du monde, chaque baptisé est en effet appelé à puiser un peu de la bonté de Dieu pour l’accueillir dans son cœur, en vivre et tenter de le faire rayonner autour de lui. Cet amour brûlant de Dieu pour les pauvres hommes que nous sommes doit nous confondre et… nous bousculer ! « Que rendrai-je au Seigneur pour tous ses bienfaits ? »

 

« La vie de charité n’est pas au libre choix pour un chrétien. »

 

Notre devenir éternel

Il appartient en effet à chaque âme bien née de conserver chevillée au cap de son existence cette vérité toute simple : la vie de charité n’est pas au libre choix pour un chrétien. Elle lui est même aussi capitale que l’eau pour un poisson. Condition de la respiration de son âme, sans la charité le chrétien devient un imposteur au cœur sec. Pire, il court le risque de devenir un contre-témoignage.

Comprenons-nous bien : grandir dans la charité n’est pas affaire de calcul ou d’ambition déplacée, mais détermine le devenir éternel de chacun. La vie d’amitié avec Dieu, relevant de l’ascension d’une montagne, nous apprend qu’il n’est pas de point mort possible. Soit l’on se dépasse. Soit l’on dévale. Dans la pensée de Dieu, cette impérieuse vie de charité ne demande qu’à se développer en nous. En avons-nous seulement une conscience fine ?

Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu. Toute âme a la possibilité de l’accueillir en son sein : par la prière quotidienne, la confession régulière, la communion fréquente, l’ascèse persévérante et la sollicitude pour son prochain.

Un grand danger demeure cependant : la comparaison avec plus médiocre que soi. La pratique authentique de la charité interdit de s’endormir sur ses lauriers, en supposant… qu’on en possède ! Le Malin réclame sa part. Le diable cherche à balafrer le splendide visage de l’ascèse chrétienne, abîmer les convictions les plus solides, détruire la paix des ménages, diviser les amitiés anciennes.

Décider de suivre le Christ et l’imiter, c’est prendre conscience que la charité ne saurait se satisfaire de ne pas donner davantage. À nous de supplier Dieu de nous aider par sa grâce à donner le meilleur de nous-mêmes pour être bons les uns avec les autres. Dans notre agir, l’arme la plus efficace contre la déconstruction ambiante est et restera l’amour. Parce que l’amour, c’est Dieu. Tout simplement.

 

>> à lire également : Hong Kong : le secret de la confession menacé ?

 

Père Danziec

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : L’espérance peut-elle être politique ?

Le Christ, notre véritable espérance, est ressuscité. Alléluia ! Nous venons à nouveau de proclamer cette bonne nouvelle qui n’est pas seulement celle d’un jour et d’une fête, fût-elle la plus grande du calendrier chrétien, mais celle qui rejaillit et irrigue constamment notre vie. Nous ne pouvons pas perdre de vue la finalité ultime d’un vrai combat politique qui est le règne du Christ sur les personnes, les familles et la société. Ne perdons pas courage ! Le but est lointain mais nous devons œuvrer à son avènement car notre espérance se fonde sur le Christ, mort et ressuscité.

+

espérance