Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

Publié le 30 Avr 2024
Diên Biên Phu piété naturelle

Dans le souvenir, il s’agit de rendre, par la vertu de piété, ce que nous devons à nos parents et à notre pays. © L'Hôpital-Camfrout (29)/Ggal, CC BY-SA 3.0

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. On raconte ainsi qu’à l’Assemblée nationale, il y aurait eu de vifs débats en 1955 pour savoir s’il était possible qu’une promotion de Saint-Cyr portât le nom de « Ceux de Diên Biên Phu ». Vraie ou non, l’anecdote mérite qu’on la cite alors que nous célébrons justement la chute du célèbre camp retranché et que la « nostalgie » est devenue par ailleurs le terrain d’un affrontement idéologique sur l’air du « c’était mieux avant ».

 

Mémoire de Diên Biên Phu

S’attacher aujourd’hui à commémorer Diên Biên Phu ne consiste pourtant pas à se complaire dans l’auto-dénigrement qui est une autre sorte de sport national français. En tous les cas, ce n’est pas le sens que nous souhaitons donner au dossier de ce numéro, réalisé par l’historienne Anne Bernet.

En Indochine, la France a mené, après la Seconde Guerre mondiale, un combat contre le communisme international et pour la défense des peuples qu’il menaçait, au prix de milliers de morts du côté des forces françaises et de leurs alliés vietnamiens. À Diên Biên Phu, comme à d’autres moments dans notre histoire, se sont pourtant déployées, dans un contexte éminemment contraire, des vertus morales qui ont été portées à un haut degré d’incandescence dans le feu des combats.

Reconnaissons-le : l’ennemi était déterminé et coriace, faisant peu de cas des hommes qu’il envoyait à la mort. Il était aussi fortement animé par un idéal, une cause qui exigeait tous les sacrifices. De leur côté, les Français n’avaient certainement pas une vision aussi claire et déterminée de leur mission, d’autant qu’ils dépendaient d’un pouvoir politique faible, qui se situait à des milliers de kilomètres du théâtre des opérations et qui n’avait qu’une ambition qui consistait à se débarrasser au plus vite et au mieux du problème indochinois.

 

Les vertus militaires

Malgré ce manque crucial – comment agir efficacement quand la finalité est obscure ou trop floue ? –, les soldats français, les coloniaux et nos alliés vietnamiens ont fait preuve d’abnégation, de courage, de détermination, de sens de l’honneur et d’esprit chevaleresque, en un mot de toutes ces vertus militaires qui ne naissent pas seulement de la discipline imposée du dehors mais d’une lente appropriation inscrite dans le temps et des mœurs de toute une nation.

Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit donc pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Elle est « une certaine expression de l’amour envers les parents et la patrie », précise même saint Thomas dans sa Somme théologique (II-II, 101, 3, ad 1). Le devoir de piété relève donc des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

 

Face à la violence

Il se trouve que nous ne sommes pas nés enfants perdus ou orphelins et que, héritiers, nous avons non seulement à nous souvenir, mais à entretenir l’héritage, à le préserver, à l’enrichir et à le transmettre. L’une des conclusions que nous pouvons en tirer ne se situe pas seulement dans notre regard sur le passé, mais trouve une certaine résonance dans les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui.

La violence des jeunes qui va aujourd’hui jusqu’à la mort tient évidemment pour beaucoup aux familles éclatées, aux conséquences de l’immigration, aux enfants désœuvrés et non éduqués, au regard plus général porté sur l’autorité, le respect, la place de l’enfant, la démission des parents et à bien d’autres paramètres encore, nés essentiellement de la modernité. Autant d’aspects qui révèlent une situation complexe et pour laquelle il ne suffira pas de donner des coups de menton et d’en appeler à l’autorité, comme si les causes profondes d’une situation dramatique pouvaient se régler d’ici la prochaine élection présidentielle.

Le recours à la vertu de piété ne sera pas non plus suffisant, c’est évident. Elle a pourtant pour elle d’être un bon indice de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Jean Madiran le faisait remarquer naguère : « L’homme civilisé est inévitablement un homme pieux. Inversement, l’impiété est le signe certain, et la cause, d’une interruption dans la civilisation. À la transmission des valeurs de la civilisation est indispensable l’attitude de cœur et d’esprit que développe la vertu de piété. » Indice d’une situation dégradée, celle-ci peut être aussi celui du cadre général à retrouver et à remettre en place…

 

>> à lire également : Cardinal Sarah : « On ne compose pas avec le mensonge ni avec l’athéisme fluide »

 

Philippe Maxence

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
CulturePatrimoine

« Raconte-moi la France », un voyage épique à travers les siècles 

Focus | Le nouveau spectacle itinérant de Bruno Seillier, Raconte-moi la France, débutera en octobre 2024 à Clermont-Ferrand, avant de poursuivre sa tournée dans toute la France pendant plusieurs années. Un million de spectateurs sont espérés en cinq ans, avec 200 dates d’une tournée programmée dans 17 villes différentes. Raconte-moi la France se déploiera sur plus d’une heure quarante-cinq et mettra en scène plus de 90 comédiens, cavaliers, danseurs et cascadeurs sur le plateau artistique.

+

Raconte-moi la France
EgliseChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (3/3) : Monseigneur Thuan, exemple d’un évêque résistant

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 3/3 | Issu d'une famille catholique emblématique au Vietnam, neveu du président Diem et de Mgr Thuc, archevêque de Hué, Mgr Van Thuan ne renonça jamais à résister au régime communiste, continuant sa mission en toutes circonstances, malgré les dangers, les poursuites, la captivité et finalement l’exil. 

+

Monseigneur Thuan vietnam
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
EgliseChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (1/3) : Que sont devenus les catholiques ?

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » (1/3) | Dans un pays passé des mains de la France à une partition violente puis à l’écrasant joug communiste, la minorité catholique, née au XVIIe siècle, subira les persécutions les plus extrêmes, malgré d’éminents représentants, très lucides sur ce qui l’attendait, et sur l’héroïque résistance d’humbles populations paysannes.

+

vietnam