Nous allons célébrer Noël

Publié le 24 Déc 2013
Nous allons célébrer Noël L'Homme Nouveau

L’heureuse journée de la Vigile de Noël avance vers son terme. Déjà la sainte Eglise a clos les divins Offices de l’Attente du Sauveur par la célébration du grand Sacrifice. Dans son indulgence maternelle, elle a permis à ses enfants de rompre, dès le milieu du jour, le jeûne de la préparation ; les fidèles se sont assis à la table frugale, avec une joie spirituelle qui leur fait pressentir celle dont leurs cœurs seront inondés en cette nuit qui va leur donner l’Emmanuel.

Vers la grande solennité

Mais une aussi grande solennité que celle de demain doit, selon l’usage de l’Eglise dans ses fêtes, anticiper sur le jour qui la précède. En peu d’instants, l’Office des Premières Vêpres, dans lequel s’offre à Dieu l’encens du soir, va convier les Chrétiens à l’Eglise ; et la splendeur des cérémonies, la magnificence des chants, ouvriront tous les cœurs aux émotions d’amour et de reconnaissance qui les doivent disposer à recevoir les grâces du moment suprême.

En attendant le signal sacré qui va nous convoquer à la maison de Dieu, employons les instants qui nous restent à bien pénétrer le mystère d’un si grand jour, les sentiments de la sainte Eglise dans cette solennité, les traditions catholiques à l’aide desquelles nos aïeux l’ont si dignement célébrée.

La voix des saints Pères

Et d’abord écoutons la voix des saints Pères qui retentit avec une emphase et un éclat capables de réveiller toute âme vivante. Voici saint Grégoire le Théologien, l’Evêque de Nazianze, qui débute dans son discours trente-huitième, consacré à la Théophanie, ou Naissance du Sauveur : qui pourrait l’entendre et rester froid  devant sa parole ?

« Le Christ naît ; rendez gloire. Le Christ descend des cieux ; marchez au-devant de lui. Le Christ est sur la terre ; hommes, élevez-vous. Toute la terre, chantez au Seigneur ! et pour réunir tout dans une seule parole : Que les cieux se réjouissent, et que la terre tressaille, pour Celui qui est, tout à la fois, du ciel et de la terre. Le Christ revêt notre chair, soyez émus de crainte et d’allégresse : de crainte, à cause du péché ; d’allégresse, à cause de l’espérance. Le Christ naît d’une Vierge : femmes, honorez la virginité, afin de devenir mères du Christ.

« Qui  n’adorerait Celui qui était dès le  commencement ? qui ne louerait et  ne célébrerait Celui qui vient de naître ? Voici que les ténèbres se dissipent ; la lumière est créée ; l’Egypte demeure sous les ombres, et Israël est éclairé par la colonne lumineuse. Le peuple, qui était assis dans les ténèbres de l’ignorance, aperçoit la lueur d’une science profonde.  Les choses anciennes ont fini ; tout est devenu nouveau. La lettre fuit, l’esprit triomphe ;  les ombres sont passées, la vérité fait son entrée. La nature voit violer ses lois : le moment est venu de  peupler le monde céleste : le Christ commande ; gardons-nous de résister.

« Toutes les nations, battez des mains: car un petit Enfant nous est né, un Fils nous a été donné. La marque de sa principauté est sur son épaule : car la croix sera le moyen de son élévation ; son nom est l’Ange du grand conseil, c’est-à-dire du conseil paternel.

« Que Jean s’écrie: Préparez la voie du Seigneur ! Pour moi, je veux faire retentir aussi la puissance d’un si grand jour : Celui qui est sans chair s’incarne ; le Verbe prend un corps ; l’Invisible se montre aux yeux, l’Impalpable se laisse toucher ; Celui qui ne connaît pas le temps prend un commencement ; le Fils de Dieu est fait fils de l’homme. Jésus-Christ était hier ; il est aujourd’hui ; il sera à jamais. Que le Juif s’en offense ; que le Grec s’en moque ; que la langue de l’hérétique s’agite dans sa bouche impure. Ils croiront quand ils le verront, ce Fils de Dieu, monter au ciel ; et si encore à ce moment ils s’y refusent, ils croiront bien, alors qu’il en descendra, et paraîtra sur son tribunal de juge. »

La voix de saint Bernard

Ecoutons maintenant, dans l’Eglise Latine, le dévot saint Bernard, qui épanche une douce allégresse dans ces mélodieuses paroles, au sermon VI° pour la Vigile de Noël :

« Voici que nous venons d’entendre une nouvelle pleine de grâce, et faite pour être acceptée avec transport : Jésus-Christ, Fils de Dieu, naît en Bethléem de Judée. Mon âme s’est fondue à cette parole ; mon esprit bouillonne en moi, pressé que je suis de vous annoncer un tel bonheur. Jésus veut dire Sauveur. Quoi de plus nécessaire qu’un Sauveur à ceux qui étaient perdus, de plus désirable à des infortunés, de plus avantageux à ceux que le désespoir accablait ? Où était le salut, où était même l’espérance du salut, si légère qu’elle fût, sous cette loi de péché, dans ce corps de mort, au milieu de cette perversité, dans ce séjour d’affliction, si ce salut n’était né tout à coup, et contre toute espérance ? O homme, tu désires, il est vrai, ta guérison ; mais, ayant la conscience de ta faiblesse et de ton infirmité, tu redoutes la rigueur du traitement. Ne crains pas: le Christ est suave et doux ; sa miséricorde est immense ; comme Christ, il a reçu l’huile en partage, mais c’est pour la répandre sur tes plaies. Et si je te dis qu’il est doux, ne va pas craindre que ton Sauveur manque de puissance ; car on ajoute qu’il est Fils de Dieu. Tressaillons donc, ruminant en nous-mêmes, et faisant éclater au dehors cette douce sentence, cette suave parole: Jésus-Christ, Fils de Dieu, naît en Bethléem de Judée ! »

La prière de saint Ephrem

C’est donc véritablement un grand jour que celui de la Naissance du Sauveur : jour attendu par le genre humain durant des milliers d’années ; attendu par l’Eglise durant ces quatre semaines de l’Avent qui nous laissent de si chers souvenirs ; attendu par la nature entière qui revoit chaque année, sous ses auspices, le triomphe du soleil matériel sur les ténèbres toujours croissantes. Le grand Docteur de l’Eglise Syrienne, saint Ephrem, célèbre avec enthousiasme le charme et la fécondité de ce jour mystérieux ; empruntons quelques traits à sa divine poésie, et disons avec lui :

« Daignez, Seigneur, nous permettre de célébrer aujourd’hui le propre jour de votre naissance, que la solennité présente nous rappelle. Ce jour est semblable à vous ; il est ami des hommes. A travers les âges, il  revient chaque année; il vieillit avec les vieillards, et il se renouvelle avec l’enfant qui vient de naître. Chaque année, il nous visite et passe ; puis il revient plein de charmes. Il sait que la nature humaine e ne saurait se passer de lui ; comme vous, il vient au secours de notre race en péril. Le monde entier, Seigneur, a soif du jour de votre naissance ; cet heureux jour contient en lui-même les siècles à venir ; il est un, et il se multiplie. Qu’il soit donc, cette année encore, semblable à vous, amenant la paix entre le ciel et la terre. Si tous les jours sont marqués par votre s libéralité, combien est-il juste qu’elle déborde en celui-ci ?

« Les autres jours de Tannée empruntent leur beauté de celui-ci, et les solennités qui suivront lui doivent la dignité et l’éclat dont elles brillent. Le jour de votre naissance est un trésor, Seigneur, un trésor destiné à acquitter la dette commune. Béni soit le jour qui nous a rendu le soleil, à nous errants dans la nuit obscure ; qui nous a apporté la divine gerbe par laquelle a été c répandue l’abondance ; qui nous a donné la branche de vigne où est contenue la liqueur du salut qu’elle doit nous fournir en son temps. Au sein de l’hiver qui prive les arbres de leurs fruits, la vigne s’est parée d’une végétation divine ; sous la saison glaciale, le rejeton a poussé de la souche de Jessé. C’est en décembre, en ce mois qui retient encore dans les entrailles de la terre la semence qui lui fut confiée, que l’épi de notre salut s’élève du sein de la Vierge où il était descendu dans les jours du printemps, lorsque les agneaux bondissent dans les prairies. »

Le vrai soleil de justice

Il n’est donc pas étonnant que ce jour qui importe à Dieu même ait été privilégié dans l’économie des temps ; et l’on aime à voir les nations païennes pressentir dans leurs calendriers  la gloire que Dieu lui réservait dans la suite des âges. Nous avons vu d’ailleurs que les Gentils n’ont pas été seuls à prévoir mystérieusement les relations du divin Soleil de justice avec l’astre mortel qui éclaire et échauffe le monde ; les saints Docteurs et la Liturgie tout entière ne tarissent pas sur cette ineffable harmonie. Ajoutons que, selon la tradition vénérable de l’antiquité qui place au Vendredi (25 mars) l’Incarnation du Fils de Dieu, la Naissance du Sauveur qui s’est appelé la Lumière du monde  a dû avoir lieu un Dimanche (25 décembre) : ce qui donne à la fête de Noël quelque chose de plus sacré encore dans les années où elle se rencontre au Dimanche : jour déjà sanctifié par la création de la lumière à l’origine des choses, et plus tard parla Résurrection de ce Sauveur qui se lève aujourd’hui sur le monde. Saint Sophrone de Jérusalem a magnifiquement traité ce mystère dans sa première Homélie pour la fête de Noël.

Naissance de la France

Afin de graver plus profondément l’importance d’un jour si sacré dans la mémoire des peuples chrétiens de l’Europe, races préférées dans les conseils de la divine miséricorde, le souverain maître des événements a voulu que le royaume des Francs naquît le jour de Noël, lorsque dans le Baptistère de Reims, au milieu des pompes de cette solennité, Clovis, le fier Sicambre, devenu doux comme l’agneau, fut plongé par saint Rémi dans la fontaine du salut, de laquelle il sortit pour inaugurer la première monarchie catholique parmi les monarchies nouvelles, ce royaume de France, le plus beau, a-t-on dit, après celui du ciel.

Un siècle plus tard, c’était le tour de la race anglo-saxonne. L’Apôtre de l’île des Bretons, le moine saint Augustin, après avoir converti au vrai Dieu le roi Ethelred, s’avançait à la conquête des âmes. S’étant dirigé vers York, il y fait entendre la parole de vie, et un peuple entier s’unit pour demander le Baptême. Le jour de Noël est fixé pour la régénération de ces nouveaux disciples du Christ ; et le fleuve qui coule sous les murs de la cité est choisi pour servir de fontaine baptismale à cette armée de catéchumènes. Dix mille hommes, non compris les femmes et les enfants, descendent dans les eaux dont le courant doit emporter la souillure de leurs âmes. La rigueur de la saison n’arrête pas ces nouveaux et fervents disciples de l’Enfant de Bethléem, qui, peu de jours auparavant, ignoraient jusqu’à son nom. Du sein des ondes glacées, sort pleine de joie et éclatante d’innocence, toute une armée de néophytes; et au jour de sa naissance, le Christ compte une nation de plus sous son empire.

Mais ce n’était pas assez encore pour le Seigneur qui tient à honorer le jour de la naissance de son Fils.

Le Saint-Empire Romain

Une autre naissance illustre devait encore embellir cet heureux an ni versa ire. A Rome, dans la basilique de Saint-Pierre, en la solennité de Noël de l’an 800, naissait le Saint-Empire-Romain auquel était réservée la mission de propager le règne du Christ dans les régions barbares du Nord, et de maintenir l’unité européenne, sous la direction du Pontife Romain. En ce jour, saint Léon III plaçait la couronne impériale sur la tête de Charlemagne ; et la terre étonnée revoyait un César, un Auguste, non plus successeur des Césars et des Augustes de la Rome païenne, mais investi de ces titres glorieux par le Vicaire de Celui qui s’appelle, dans les saints Oracles, le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs.

Ainsi Dieu a fait luire aux yeux des hommes la gloire du royal Enfant qui naît aujourd’hui; ainsi a-t-il préparé, de distance en distance, à travers les siècles, de riches anniversaires de cette Nativité qui donne gloire à Dieu et paix aux hommes. La suite des temps apprendra au monde en quelle manière le Très-Haut se réserve encore de glorifier, en ce jour, lui-même et son Emmanuel.

Bon Noël

En attendant, les nations de l’Occident, émues de la dignité d’une telle fête, et la considérant avec raison comme le principe de toutes choses dans l’ère de la régénération du monde, comptèrent longtemps leurs années à partir de Noël, comme on le voit sur d’antiques Calendriers, sur les Martyrologes d’Usuard et d’Adon, et sur un si grand nombre de Bulles, de Chartes et de Diplômes. Un concile de Cologne, en 131o, nous montre cette coutume encore subsistante à cette époque. Plusieurs peuples de l’Europe catholique, les Italiens principalement, ont gardé jusqu’aujourd’hui l’usage de fêter le nouvel an à la Nativité du Sauveur. On souhaite le bon Noël, comme, chez nous, au premier janvier, la bonne année. On fait échange de compliments et de cadeaux ; on écrit aux amis absents: précieux restes des anciennes mœurs, dont la foi était le principe et l’invincible rempart.

Mais telle est aux yeux de la sainte Eglise la joie qui doit remplir les fidèles dans la Naissance du Sauveur, que, s’associant par une insigne indulgence à une si légitime allégresse, elle relâche pour la journée de demain le précepte de l’abstinence de la chair, si Noël tombe le vendredi ou le samedi. Cette dispense remonte au Pape Honorius III, qui siégeait en 1216; mais déjà, dès le IX° siècle, saint Nicolas Ier, dans sa réponse aux consultations des Bulgares, avait montre une semblable condescendance, afin d’encourager la joie des fidèles dans la célébration non seulement de la solennité de Noël, mais encore des fêtes de saint Etienne, de saint Jean l’Evangéliste, de l’Epiphanie, de l’Assomption de Notre-Dame, de saint Jean-Baptiste, et de saint Pierre et saint Paul. Mais cette indulgence ne fut point universelle, et la relaxation ne s’est maintenue que pour la fête de Noël dont elle augmente l’allégresse populaire.

Dans le désir de témoigner à sa manière l’importance qu’elle attachait à une fête si chère à toute la chrétienté, la législation civile du moyen âge accordait aux débiteurs la faculté de suspendre le paiement de leurs créanciers durant toute la semaine de Noël, qui pour cela était appelée semaine de rémission, comme celles de Pâques et de la Pentecôte.

L’heure va venir

Mais suspendons un moment ces renseignements familiers que nous nous plaisons à réunir sur la glorieuse solennité dont l’approche émeut si doucement nos cœurs ; il est temps de diriger nos pas vers la maison de Dieu, où nous appelle l’Office solennel des premières Vêpres. Durant le trajet, portons notre pensée vers Bethléhem, où Joseph et Marie sont déjà arrivés. Le soleil matériel s’abaisse rapidement au couchant ; et le divin Soleil de justice demeure caché pour quelques instants encore sous le nuage, au sein de la plus pure des vierges. La nuit approche; Joseph et Marie parcourent les rues de la Cité de David, cherchant un asile pour s’y mettre à l’abri. Que les cœurs fidèles soient donc attentifs, et s’unis sent aux deux incomparables pèlerins. Mais l’heure est venue où le chant de gloire et de reconnaissance doit s’échapper de toute bouche humaine. Acceptons avec empressement pour notre organe la voix de la sainte Eglise : elle n’est pas au-dessous d’une si noble tâche.

(extrait de L’Année liturgique).

//www.youtube.com/embed/7xtpJ4Q_Q-4?rel=0

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Réception des sacrements, une question de Salut (2/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 2/4 | Prêtre du diocèse de Nanterre, l'abbé Thibaud Guespereau a codirigé chez Artège l'ouvrage intitulé Les Sacrements en question, dans lequel il s’interroge sur le peu de fruits que semblent produire les sacrements. Une question grave qui selon lui devrait conduire à s’interroger sur la pastorale, l’enseignement des fins dernières et le rôle du prêtre.

+

sacrement
A la uneEglise

L’innovation au service de la foi : une cartographie des messes traditionnelles

Dans le sillage du pèlerinage de Chartres, et à la suite du succès retentissant de la messe organisée par Notre-Dame de Chrétienté, comment trouver la messe Saint-Pie V la plus proche de chez vous ? Cette question, un groupe de fidèles se l’est posée il y a désormais deux ans. Ils se sont alors attelés à une initiative audacieuse : la création d’une cartographie détaillée des messes de Saint Pie V.

+

messes traditionnelles cartographie traditionnelle
A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape