Pape François : l’humilité et les sacrements

Publié le 25 Sep 2013
Pape François : l'humilité et les sacrements L'Homme Nouveau

Dieu accompagne les hommes dans le chemin de l’histoire, a expliqué le Pape François dans l’homélie de la messe qu’il a célébrée mardi matin en la chapelle de la Maison Sainte Marthe. Le Pape est parti du Psaume 121 :

« toujours le Seigneur est là, il n’abandonne jamais Son peuple ! Parce que le Seigneur, ce jour du péché, du premier péché, a pris une décision, a fait un choix : faire Histoire avec Son peuple. Et Dieu, qui n’a pas d’Histoire, parce qu’éternel, a voulu faire Histoire, cheminer à côté de Son Peuple. Mais plus encore : se faire l’un d’entre nous, et comme l’un de nous, cheminer avec nous, en Jésus. Et cela nous parle, cela nous raconte l’humilité de Dieu ».

« La grandeur de Dieu c’est justement son humilité », a jouté encore le Pape. « Il a voulu marcher avec son Peuple, et quand son Peuple s’éloignait de Lui par le péché, par l’idolâtrie, Il était là à attendre ». « Jésus lui aussi vient avec cette même humilité ». Il veut « cheminer avec le Peuple de Dieu, cheminer avec les pécheurs, avec les superbes ». Puis le Saint-Père a relié l’humilité aux sacrements : 

« Humilité. Dieu attend toujours. Dieu est à nos côtés, Dieu marche avec nous, il est humble : il nous attend toujours. Jésus nous attend toujours. Cela c’est l’humilité de Dieu. Et l’Eglise chante avec joie cette humilité de Dieu qui nous accompagne, comme nous l’avons fait avec le Psaume « Nous irons avec joie dans la maison du Seigneur » : Nous allons avec joie pour que Lui nous accompagne, Lui est avec nous. Et le Seigneur Jésus, même dans notre vie personnelle nous accompagne : avec les Sacrements. Le Sacrement n’est pas un rite magique : c’est la rencontre avec Jésus-Christ, nous rencontrons le Seigneur. »

//www.youtube.com/embed/CYhtU7eSoNg?list=UUQxVySG5g2aC-Uz9NhpyiFg

<

La redaction

La redaction

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place