La pause liturgique : Agnus 3, Deus sempiterne (Solennités)

Publié le 16 Déc 2023
alleluia
Voici un Agnus Dei qui date des XIème-XIIème siècles, et qui est très peu représenté par les manuscrits : en tout et pour tout trois sources allemandes.

Il est emprunté au 4ème mode et sa mélodie, assez ornée et développée et expressive, le rend tout à fait apte à s’insérer dans des messes solennelles. Mais comme tous les Agnus Dei grégoriens, il se caractérise surtout par un grand calme, une grande confiance, une immense douceur.

 

Commentaire musical

Agnus 3 Partition agnus

Les trois invocations ont la même mélodie, à un détail près : le second Agnus, sur son accent, ne possède pas le climacus Fa-Mi-Ré des première et troisième invocations, mais juste un punctum situé sur le Do grave. Pour le reste, tout est identique.

La mélodie de Agnus Dei s’enroule d’emblée autour du Mi, tonique du 4ème mode. Deux Fa, deux Ré encadrent les cinq Mi qui forment avec eux l’intonation très douce, très large et très liée de cet Agnus. C’est sur l’accent de tollis que s’opère le premier mouvement de la pièce : une montée mélodique large et en crescendo, du Ré au Sol, suivie d’un descente qui omet le Mi pour mieux le retrouver sur la cadence finale de tollis.

Un second mouvement, beaucoup plus expressif, s’opère alors sur le mot peccáta, mis en grande lumière avec sa montée qui part du Sol, entendu juste une fois au sommet de la courbe de tollis, et jaillit du La vers le Do et même jusqu’au Ré aigu, entendu deux fois. Cette courbe très belle, très expressive doit être marquée évidemment par un crescendo significatif.

La redescente sur la finale de peccáta se fait par degrés conjoints du Ré jusqu’au La, puis le mot mundi connaît à son tour une belle courbe, du Sol jusqu’au Do, et une retombée vers le Sol.

On a donc, et c’est très beau, trois courbes expressives qui enveloppent les trois mots tollis, peccáta et mundi.

Pour finir, la mélodie part du Sol où nous l’avons laissée sur la finale de mundi, et de là redescend sobrement vers la cadence en Mi, après qu’on a entendu à plusieurs reprises le Fa, sur miserére.

Au total, un Agnus Dei orné, très chaud, très plein, très serein dans son expression qui ne manque pas de force et de supplication.

 

Pour écouter : 

 

Retrouvez les trois autres commentaires consacrés à la messe Deus Sempiterne:

 

>> à lire également : Les cinq sens : le sens de l’éternité (5/5)

Un moine de Triors

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

L’innovation au service de la foi : une cartographie des messes traditionnelles

Dans le sillage du pèlerinage de Chartres, et à la suite du succès retentissant de la messe organisée par Notre-Dame de Chrétienté, comment trouver la messe Saint-Pie V la plus proche de chez vous ? Cette question, un groupe de fidèles se l’est posée il y a désormais deux ans. Ils se sont alors attelés à une initiative audacieuse : la création d’une cartographie détaillée des messes de Saint Pie V.

+

messes traditionnelles cartographie traditionnelle
A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 agnus
Eglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis