Petite précision sur un article

Publié le 16 Fév 2012
Au quotidien n° 247 : état de droit et refondation politique L'Homme Nouveau

Dans l’éditorial du dernier numéro de L’Homme Nouveau, j’écrivais qu’à mon sens il y avait des choses plus importantes pour la société française que la querelle des 500 signatures dont nous parlait la presse chaque jour. La disparition des familles, l’avortement, l’euthanasie, la mort des chrétiens dans le monde, bien d’autres choses encore, me semblent effectivement plus urgentes que cette dispute pré-électorale. Aussitôt, j’ai reçu un courrier venant des partisans de Marine Le Pen ou de Christine Boutin (qui n’avait pas encore renoncé à se présenter) me reprochant cette prise de position, preuve selon eux que je faisais campagne pour… Nicolas Sarkozy et non pour le candidat de leur choix. Ce que je découvrais ainsi !

Aujourd’hui, le Salon Beige publie ma note d’hier sur l’économie en estimant que je réponds ainsi à l’éditorial d’Aymeric Pourbaix. Aussitôt, quelques messages m’arrivent également, allant dans le sens de cette interprétation. C’est à ces messages que je voudrais répondre.

La droite française qui aime tant Jacques Bainville ferait bien de s’en tenir à ses conseils. L’historien ne cessait de conseiller de s’en tenir aux faits et, quand il s’agissait d’écrits, aux textes. Si j’avais voulu répondre à Aymeric Pourbaix, je l’aurais clairement nommé. Comme je le connais et que j’apprécie son travail, je l’aurais même prévenu avant la publication de mon texte.

Mais la question ne se situe pas dans ce que pense ou ne pense pas Aymeric Pourbaix, mais dans le fait que je constate depuis des années (la chose ne date pas donc du dernier numéro de Famille Chrétienne) que nous avons trop déserté, nous catholiques, ce champ de la question économique alors qu’elle a un lien direct à mon sens (c’est justement ce point qu’il faudrait discuter plutôt que d’imaginer des querelles entre deux publications) avec la disparition des valeurs morales auxquelles nous tenons à juste titre.

Je l’ai dit naguère sur un blogue personnel (Caelum & Terra) et je l’ai laissé entendre encore plus récemment dans un article paru dans L’Homme Nouveau concernant les fameux points non négociables. De nombreux articles que nous publions dans L’Homme Nouveau vont aussi dans l’illustration de cette idée. Mon propos n’apportait d’ailleurs rien de bien nouveau.

Ma pensée, sur ce sujet, existait bien avant l’éditorial d’Aymeric et si celui-ci a joué un rôle indirect dans la rédaction de ma note sur le blogue de L’Homme Nouveau, c’est davantage à titre d’aiguillon pour la réflexion que de réponse à son propos ou de querelle entre nos publications. Qu’il en soit donc publiquement remercié.

Les mœurs actuelles étant ce qu’elles sont, je sais bien que mes propos seront encore sujets à interprétation. Au moins, j’aurais dit ce qu’il en est de mon point de vue.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement