Petite question pour temps de normalitude* (1)

L’hebdomadaire Minute a publié dans sa dernière édition une photo d’une manifestation d’homosexuels. On y voit deux hommes, quasiment nus, les fesses à l’air. On me permettra, j’espère, de passer très vite sur le côté esthétique de la chose.

Mais, alors que l’on annonce l’imminence du « mariage » civil pour les couples homosexuels, prélude à l’adoption d’enfants par les mêmes, une petite question s’impose. Pour une fois, ne nous arrêtons pas sur les aspects moraux, psychologiques, sociaux de la question. En cette période intense de « normalitude », faisons seulement un petit effort d’imagination.

Quelle serait, en effet, la réaction des médias et du monde politique, dont la proximité ne s’est jamais autant affichée qu’aujourd’hui (d’accord, c’est une autre histoire…), si l’on voyait des couples de ceux que l’on appelle désormais « hétérosexuels » se balader quasiment nus lors de manifestations pour réclamer notamment la possibilité d’adopter des enfants ?

Gageons que l’on penserait qu’ils manquent au mieux de maturité et de cette « décence commune » dont parlait George Orwell, pour élever des enfants. Et qu’on leur refuserait le soin de s’occuper de conduire ces enfants à l’âge adulte.

Mais évidemment, il s’agit de couples « hétérosexuels ». Ce qui change, en effet, tout à l’affaire…

* Normalitude : normalisation voulue par un président de la République qui entend être normal et qui utiliserait le « code de langage » mis au point en Chine par son ex-compagne alors candidate à l’élection présidentielle.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | L’essentiel, c’est l’affichage

En deux minutes devant la machine à café de l’entreprise, j’ai compté quarante-deux affichettes sur le palier où je déambulais. Près de trois mètres carrés occupés par des avis en tout genre, obligations, interdictions, sensibilisations et autres annonces syndicales. Autant le papier peint nécessite un rafraichissement, autant ce patchwork informatif en camaï...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | L’essentiel
Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | Refuser les règles

On ne peut plus rien dire à la télé. La réalité est islamophobe, les statistiques sont patriarcales, les faits divers une incitation à la haine. Depuis un demi-siècle, c’est acté : tout constat public hors progressisme officiel doit être précautionneusement entouré d’une couche de vaseline oratoire, saupoudrée de paratonnerres à amalgame. On fait gaffe à ce qu’on dit, on évite...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | Refuser les règles L'Homme Nouveau