Pie VII et Napoléon (3/3) : Les vertus d’un grand pape oublié

Publié le 22 Août 2023
pie VII

Napoléon avait cru à tort pouvoir diriger à sa guise un pontife envahi, privé de ses États puis prisonnier. Il ne connaissait pas la personnalité de Pie VII, esprit brillant et pieux, formé par la règle bénédictine, soucieux des hommes et de la liberté de l’Église.   En 2007, le pape Benoît XVI approuvait l’ouverture, par le diocèse de Savone, du procès en vue de la béatification de son lointain prédécesseur, Pie VII, désormais pourvu du titre de « serviteur de Dieu ». Mais quelles étaient les vertus du grand adversaire de Napoléon ? Une note en français retrouvée dans les archives du cardinal Herzan, composée à la veille du conclave de 1799-1800, brossait un portrait laudateur du prélat romagnol : « Il passe généralement pour un homme d’une grande prudence et remplit les devoirs épiscopaux avec édification. » (1) L’expérience pastorale de Chiaramonti, durant son épiscopat à Imola, fut particulièrement révélatrice des vertus d’un évêque conscient de ses devoirs et du salut des âmes. Ce constat ne pouvait que rassurer les cardinaux soucieux du bien de l’Église universelle après le chaos révolutionnaire : « Sa piété édifiante, charité, doctrine et prudence l’ont fait vénérer et aimer dans son diocèse, et font espérer que ce sera un chef de l’Église tel que les besoins pressants le demandent » (2), écrivait l’archevêque de Prague à l’empereur François II. Le cardinal Maury donnait un portrait plus nuancé, parlant de Chiaramonti comme d’un « homme doux, honnête, très fin, et d’une capacité commune » (3). Un fils de saint Benoît De par son éducation familiale, Barnaba Chiaramonti reçut l’exemple de grande piété de sa mère, qui s’était retirée, après la mort de son époux, au carmel de Fano, où elle mourut en odeur de sainteté. Le futur Pape conserva pour elle un tendre et pieux attachement (4). À l’âge de 14 ans, il entra au monastère bénédictin de Santa Maria del Monte à Cesena, où il prit le nom de Grégoire. En 1775, le pape Pie VI, son concitoyen, le nomma prieur de l’abbaye de Saint-Paul-hors-les-Murs à Rome (5). Sa longue expérience monastique lui inculqua sans nul doute l’exercice des vertus bénédictines, qui fit de lui un prélat pacifique, humble et intègre. Sa nomination au siège de Tivoli, en 1782, fut justifiée « comme une récompense due à un prélat sans ambition et environné d’une estime universelle » (6). Comme évêque, « sa prudence, sa charité et sa vigilance dans le gouvernement du troupeau qui lui était…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Armand Dumesniel

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Augusto del Noce, un penseur pour notre temps

Culture | "Analyse de la déraison", qui vient de paraître en français, permettra-t-il enfin à Augusto Del Noce (1910-1989) d’être reconnu chez nous, comme il l’est en Italie ? Que le lecteur potentiel ne soit pas rebuté par la longueur de cet ouvrage. Il en sera récompensé en découvrant un des penseurs les plus originaux de ce temps.

+

del noce
A la uneCulture

L’exposition : Des samouraïs aux mangas. L’épopée chrétienne au Japon

Les Missions étrangères de Paris proposent jusqu'en juillet une rétrospective de l'évangélisation du Japon depuis le XVIe siècle jusqu'à aujourd'hui. L’histoire de cette « épopée » est présentée de façon chronologique. Soulignant les aspects contrastés de cette évangélisation, le parcours montre dans ces premiers siècles des périodes d’« expansion rapide aux effets bénéfiques » auxquelles succèdent de terribles répressions.

+

japon
CultureEglise de France

Mgr Chappoulie, évêque d’Angers

Carte blanche d'Yves Chiron | La nouvelle biographie Mgr Chappoulie, de Vichy à l’épiscopat d’Angers écrite par l'abbé Serge-Daniel Ekani est parue fin 2023 aux éditions de L'Harmattan. Elle décrit la vie de celui qui fut le lien entre l'Église et l'État français entre 1940 et 1944, et qui œuvra longtemps dans les organismes missionnaires.

+

Mgr Chappoulie