Démographie européenne : Pologne, succès sur fond de catastrophe (3/4)

Publié le 05 Mai 2023
Pologne

En Pologne, les allocations octroyées aux familles depuis 2016 à partir du premier enfant ont eu à court terme des effets bénéfiques sur la pauvreté. Cependant, les chiffres des dernières années tendent à montrer que les incitations financières ne peuvent à elles seules stopper le déclin de la natalité. La politique familiale et démographique en Pologne connaît des hauts et des bas. L’arrivée au pouvoir du centre-droit en 2015 a apporté une nouvelle manière de concevoir la place de la famille dans la politique de l’État. Ce changement doit être vu comme positif, mais quelques problèmes très importants restent non résolus. La nouvelle approche politique a consisté avant tout à rejeter le stéréotype néolibéral en vogue depuis 1989, selon lequel la famille, considérée comme une affaire privée, n’avait pour la communauté nationale aucun intérêt particulier. Jusqu’à 2015, la décision d’avoir des enfants signifiait porter presque en solitaire un fardeau économique lourd. En pratique, le foyer moyen approchait le seuil de pauvreté à chaque nouvelle naissance. On disait en plaisantant à l’époque qu’avoir des enfants en Pologne était un loisir coûteux. L’image de la société polonaise a changé après la mise en place, en 2016, d’une simple mesure de redistribution appelée le programme « Famille 500+ ». Les foyers avec un, deux ou plusieurs enfants reçoivent actuellement un montant de 500 złotys, soit 107,55 euros, par mois et par enfant, quels que soient leurs revenus. Précisons qu’en 2016, le salaire minimum en Pologne s’élevait à 1 850 złotys, soit 397,93 euros. Autant dire qu’un supplément de 500 złotys par enfant représentait un coup de pouce important pour de nombreux foyers. Il convient de souligner que le programme « 500+ » n’a jamais été conçu comme une aide sociale. Appliqué à toute la société, il n’a pas eu pour conséquence la ségrégation qui se produit souvent lorsque l’État aide les groupes les plus démunis. L’allocation « 500+ » a été considérée comme une participation équitable des citoyens au bien commun. Les familles, en raison de leur effort procréatif et éducatif bénéfique, ont droit aux prestations que l’État destine au développement. Il est à remarquer également que les résultats obtenus par « 500+ » ont été quelque peu différents des intentions du gouvernement. Le programme, annoncé comme un outil de la reconstruction démographique de la Pologne, a, avant tout, réduit la pauvreté des enfants. L’amélioration de la situation économique des enfants au cours des deux premières années du programme a provoqué…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Tomasz Rowiński 

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage