Pour le pape-roi

Publié le 14 Oct 2023
zouaves pape-roi Arthur hérisson 1870

Une partie du livre raconte la mobilisation des zouaves pontificaux (ici en 1870).

La fin des États pontificaux en 1870 a-t-elle entraîné des répercussions dans le catholicisme français ? Cette question est abordée dans l’ouvrage d’Arthur Hérisson, Pour le pape-roi, les catholiques français et l’unification italienne (1856-1871), publié par l’École française de Rome. L’un des grands mérites de cette étude consiste à opérer, à propos de l’unification italienne, un déplacement de focale. Jusqu’ici, cette période a été principalement investie à travers les rapports Église-États, avec tout le cortège des archives diplomatiques, des études sur la mobilisation de la nonciature et des prises de position des notables, religieux et laïcs. En renouvelant le sujet, l’auteur s’intéresse plus largement à la mobilisation des « catholiques d’en bas », fidèles bien sûr, mais aussi bas et moyen clergés. La presse, comme vecteur d’accélération d’une prise de conscience romaine, est également étudiée ainsi que les grandes collectes visant à soutenir Rome. Tout une partie est aussi consacrée à la mobilisation armée des zouaves pontificaux et de la Légion d’Antibes. L’ouvrage est évidemment trop riche pour être résumé en quelques lignes. L’auteur tire en fin d’étude plusieurs conclusions. Sur la capacité de mobilisation de l’Église, sur l’organisation décentralisée de celle-ci, sur le fait que le Saint-Siège s’appuya sur l’opinion publique dans les relations internationales, ou encore sur le paradoxe que le mouvement intransigeant en repensant les moyens d’action, notamment par le biais de la presse (avec l’exemple typique de L’Univers de Veuillot), marqua « une étape importante dans la démocratisation de l’action catholique » tout en accélérant l’abandon du lien aux princes temporels. On peut même dire que cette « mobilisation en faveur du pape-roi » conduisit sur le long terme à un désintéressement catholique pour les questions politiques, à une insertion au sein du système en place et, plus largement, au ralliement au consensus moderne. Sans aborder directement ces questions, l’auteur en fait ici en quelque sorte la préhistoire.    Pour le Pape roi Arthur Hérisson, Pour le pape-roi, École française de Rome, 612 p., 37 e.     >> à lire également : Un Pape politique ?    

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

La rédaction de Reconstruire

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
A la uneCultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
A la uneCultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création