Prison 1/4 : Prisons françaises, d’un paradigme à l’autre

Publié le 24 Sep 2022
prison

Si l’idée d’enfermer les délinquants et criminels est ancienne, la visée de l’emprisonnement a considérablement évolué depuis le Moyen Âge, en particulier avec deux tournants récents, la réforme Amor de 1945 et la loi Taubira de 2014, dans la continuité d’une conception moderne du criminel et de la société. Tenter une approche historique honnête de notre système pénitentiaire exige de préciser d’abord qu’il est l’instrument d’exécution des décisions de justice rendues aux époques concernées. C’est à la lumière de cette considération seulement qu’il est possible de comprendre les évolutions chronologiques de l’univers carcéral. Dès le Moyen Âge, le Roi rend la justice, soit personnellement, soit en s’appuyant sur des magistrats professionnels (lieutenants de police, prévôts, baillis, sénéchaux). L’enfermement n’est alors pas encore une peine mais une étape précédant le jugement ou la sentence prononcée, généralement corporelle (exécution, flagellation, galères puis bagne) ou seulement infamante (carcan, exposition publique, exil). L’enfermement institutionnel débute en France au XVIe siècle, lorsque François Ier décide de regrouper en divers lieux les pauvres et vagabonds, fauteurs de troubles à l’ordre public. Le cardinal de Richelieu, dans une note de 1625 intitulée Pauvres renfermés, requiert l’ouverture d’établissements où pourront travailler et être nourries ces populations, ce que l’édit de 1656 réalisera en créant l’Hôpital général à Paris pour enfermer mendiants et vagabonds, mais aussi aliénés, filles dépravées, enfants fugueurs. De 1657 à 1680, une trentaine d’établissements similaires apparaissent en France. À côté de ces derniers où l’enfermement combine protection de l’ordre public et dimension spirituelle de prévention du vice, sont créées des « prisons ordinaires », ancêtres des « maisons d’arrêt » et des « prisons d’État », telles la Bastille, Vincennes, le château d’If. Tous ces établissements accueillent des condamnés par jugements ou par lettres de cachet. À la veille de la Révolution, on dénombre environ 30 000 sujets enfermés (pour 26 millions d’habitants) et plus de 10 000 lieux d’incarcération dans le royaume (parfois une simple cellule dans la porte d’une ville, dans quelque château voire auberge). Conscient des insuffisances de ce système, Louis XVI entreprend de le réformer, s’appuyant notamment sur Necker pour la création en 1785 d’un corps d’inspection des hôpitaux et prisons et sur Malesherbes pour améliorer notablement les conditions de détention. C’est à ce dernier que l’on doit la généralisation du « pain du Roi » pour assurer une nourriture correcte à chacun et la diffusion du courant hygiéniste à travers…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Bastien Cathelineau

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson projet de loi fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle