Providence, conversion et nature politique

Publié le 29 Fév 2024
providence nature politique

pisode du cycle en quatre panneaux consacr "La Vie de Jeanne d'Arc".

Ainsi que le disait Jeanne d’Arc elle-même, « les hommes d’armes combattent et Dieu donne la victoire », nous exhortant par là à résister à la décadence contemporaine sans attendre de miracle ni espérer de renversement immédiatement visible. Car c’est ainsi que fonctionnent la nature et la grâce, dans les individus comme dans les civilisations.

  Rome ne s’est pas faite en un jour. Elle n’a pas non plus disparu en un jour. La chute de Rome en 476 ne fut que l’instant décisif mettant un terme à un processus de dissolution entamé depuis des décennies. De même, la décomposition actuelle de notre civilisation est l’aboutissement d’un long passé de combats dans tous les domaines, religieux, philosophique, politique et social. Si nous pouvons tirer des leçons de l’Histoire, nous savons qu’elle n’est pas cyclique. Le déclin ou le renouveau d’une civilisation, d’un peuple ou d’un régime n’est pas un processus naturel dont le résultat serait écrit d’avance.   

L’exemple de Jeanne

Si le changement radical d’une société ne se fait pas et ne se fera jamais en un jour, il faut bien un commencement et, pour nous chrétiens, requérir l’aide de Celui qui est le vrai maître de l’histoire, sans rester les bras croisés et tout attendre de la Providence. Christine de Pisan, célèbre auteur médiéval, familière de la cour de Charles V puis de Charles VI, vécut les temps difficiles du honteux traité de Troyes. Au crépuscule de sa vie, elle eut la chance de connaître l’épopée de Jeanne et se remit à écrire. Elle composa le Ditié de Jeanne d’Arc, achevé le 31 juillet 1429, juste après le sacre de Charles VII.

« L’an mil quatre cent vingt neuf / Le soleil recommença à luire ; / Il ramène le temps nouveau ; / Qu’on n’avait pas vu de nos yeux  / Depuis longtemps ; dont plusieurs en deuil / Ont vécu. Je suis de ceux-là. / Mais je ne me chagrine plus de rien, / Puisque maintenant je vois ce que je veux. (…) C’est à savoir que France, de qui discours / On faisait qu’à terre était renversée, / Soit par divine mission, / Du mal en si grand bien changée ».

Ces lignes constituent un vibrant témoignage du caractère totalement inattendu, humainement inespéré et donc providentiel, aux yeux des contemporains, du renversement de la situation au profit du royaume de France. Cet événement reste pour nous…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Joël Hautebert

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie