Quand la France profonde se réveille

Publié le 12 Fév 2013
Quand la France profonde se réveille L'Homme Nouveau

Philippe Brillault, maire du Chesnay et conseiller général des Yvelines, fait partie de ces élus qui n’auront pas ménagé leurs forces pour s’opposer au projet de loi Taubira. Conscient de la nécessité d’aller de l’avant pour s’engager et soutenir le mouvement, il est devenu le mandataire de la pétition contre le « mariage pour tous ».

Envoyées directement au Chesnay, les pétitions sont réceptionnées depuis plusieurs jours par 300 bénévoles rassemblés autour du maire. Les centaines de milliers de feuilles sont classées, étiquetées et minutieusement rangées. Chaque jour, d’innombrables caisses remplies d’enveloppes sont apportées en ce qui s’est transformé en un siège de comptabilité nationale. Le trafic du bureau de poste a augmenté de 40 %. Un objectif audacieux s’est profilé. Le collectif a jusqu’à jeudi pour rassembler les 500 000 signatures réglementaires à destination du Conseil économique, social et environnemental (CESE) dont le rôle consultatif pourrait faire changer les choses…

Une véritable chaîne humaine se déploie avec dynamisme dans toute la France. Comprenant l’importance de l’enjeu qui se jouait dans cette véritable course contre la montre, le bouche à oreille a fait son œuvre et internet a été très sollicité pour véhiculer le message à travers toute la France. Et tout cela, sans aucun écho médiatique.

Malgré les cinq à dix mille pétitions litigieuses auxquels il manque une mention indispensable, le chiffre des pétitions qui arrivent au Chesnay augmente sans arrêt. Entouré de Frigide Barjot ainsi que de plusieurs autres membres du collectif de « La Manif pour tous », Philippe Brillault a donné une conférence de presse sur le lieu même où sont réceptionnées et comptabilisées les signatures, vendredi 8 février en fin de matinée. Il avait alors annoncé l’obtention de 430 000 exemplaires signés. Lundi 11 février, un porte-parole du collectif de « La Manif pour tous » a annoncé 512 000 signatures déjà collectées. Les derniers chiffres parlent de 630 000 signatures alors que toutes les pétitions reçues n’ont pas encore été dépouillées… Selon le maire du Chesnay, la France profonde, la France oubliée, se réveille. Ce sont les Français, ceux qui n’ont pas pu manifester à Paris, ou ceux qui n’ont pas eu l’occasion de s’exprimer qui manifestent ainsi désormais leur position.

manif pour tous

Sur un tableau préparé pour la presse vendredi 8 février, le maire a pu montrer aux quelques journalistes présents l’évolution d’une France qui se couvre chaque jour un peu plus d’un manteau rose, symbole de l’opposition au projet de loi du « mariage pour tous ». Toutes les régions sont concernées et même les DOM-TOM s’activent. Des caisses entières d’enveloppes arrivent en provenance d’outre-mer, et notamment de la Guyane, fief de Christiane Taubira. Chaque nouvelle arrivée de caisses soulève l’ovation des bénévoles présents. Le collectif souhaitait dépasser les 500 000 pétitions le 12 février. C’est chose faite.

Un rendez-vous a été pris avec le CESE où doivent être déposées les pétitions le vendredi 15 février à 8h30. Philippe Brillault souligne avec une pointe d’humour l’expression du visage du portier du C.E.S.E lorsque celui-ci le verra poliment sonner à la porte pour y déposer son colis légèrement imposant… 

Ce contenu pourrait vous intéresser

Société

Agriculteurs (3/3) : « La terre au cœur, le cœur au Ciel »

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » (3/3) | Fondée dans les années 80, l’association des « Journées paysannes » regroupe et soutient des agriculteurs de tous horizons, conscients de la nécessité de se former spirituellement et techniquement, de favoriser l’entraide et la réflexion dans un contexte de crises profondes. Entretien avec Emmanuelle François, présidente des « Journées paysannes ».

+

agriculteurs journées paysannes
Société

Mobilisation des agriculteurs, un tableau contrasté (2/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 2/3 | Journaliste indépendant, spécialiste du milieu agricole et rédacteur en chef de la revue de presse agricole Argos, Guy Laluc dresse un portrait des revendications et des raisons du monde paysan plus compliqué qu’on ne pourrait le croire au premier coup d’œil.

+

agriculteurs
Société

Crise agricole, les raisons de la colère (1/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 1/3 | Dans cet entretien, Yann de Kérimel dresse le tableau sombre d’une agriculture profondément détraquée, entre le mauvais rôle des institutions censées représenter le secteur, les exigences absurdes et contradictoires de l’Union européenne et des choix de consommation déraisonnables.

+

crise agricole