Quand l’Amérique se rebiffe : Leur démocratie

Publié le 18 Mai 2019
Quand l’Amérique se rebiffe : Leur démocratie L'Homme Nouveau

Les Pères fondateurs de la nation américaine avaient appris des Grecs que la démocratie ne pouvait fonctionner qu’avec un échantillon d’humanité animé par des citoyens vertueux et dirigé autant par la sagesse que par le courage. N’étant assurés d’aucune de ces exigences et conscients de la fragilité de leur édifice, ces grands ancêtres jugèrent plus prudent de la protéger par une constitution, des principes et des lois. Mais les institutions ne valent que ce que valent les hommes. Ceux du XVIIIe siècle se savaient moralistes ; ceux du XXIe se veulent rebelles. Les icônes meurent dans les musées tandis que sur les places publiques, à l’approche de chaque élection, s’exhibent de monstrueux personnages : les candidats de « leur » démocratie. Ils semblent à l’image du régime dont ils vivent : hâbleurs, carriéristes et démagogues. Les Américains voteront en novembre 2020 pour remplacer Donald Trump ou lui offrir un second mandat. Déjà, la gauche s’agite. C’est à celui ou celle qui flattera le mieux la masse résignée. Et qui ira le plus loin dans les promesses aussi mirifiques que vides. Un sénateur propose de placer des isoloirs dans les prisons, ce qui permettrait à 150 000 meurtriers et à 145 000 violeurs de donner leur avis sur la politique. Un ex-député veut radicaliser la lutte contre la pollution en réduisant à zéro l’émission de gaz toxiques. Coût de l’opération : 653 000 dollars par foyer et 15 millions de chômeurs. D’autres candidats s’efforcent de dépasser la barre de 1% des intentions de vote dans les sondages en suggérant la gratuité des transports en commun, des études universitaires et des soins médicaux. Dans le pays le plus puissant du monde, on en revient aux lendemains qui chantent des illusions révolutionnaires. Dans le temple de la liberté, nombreux s’accrochent encore aux apprentis sorciers. On ne guérit pas de l’imposture. L’opium du peuple, ce n’est pas la religion mais la démocratie.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin
ChroniquesEgliseSpiritualité

Ayons un abandon confiant et total dans l’unique Bon Pasteur

Commentaire du Pape | Lors de la récitation du Regina caeli du 21 avril dernier, le Pape a commenté l’épisode évangélique bien connu du Bon Pasteur, lu la semaine auparavant dans la forme extraordinaire. Cette image du Bon Pasteur est très biblique. L’Ancien Testament peint, à plusieurs reprises, les traits caractéristiques du bon et du mauvais pasteur.

+

bon berger bon pasteur
Chroniques

Ni abstrait ni différencié, l’homme enraciné

L'Essentiel de Joël Hautebert | Dans le grand déséquilibre contemporain, deux écueils menacent la juste conception des êtres humains, considérés d’un côté comme des pions interchangeables et de l’autre comme n’ayant en commun que leur « zoologie ». Seule la conception chrétienne tient finalement les deux bouts de la chaîne. Une leçon plus que jamais d’actualité, à l’heure où la Nouvelle Droite pourrait faire figure de remède au mondialisme.

+

homme enraciné